Features

Zinnat 250 mg : des mises en garde contre cet antibiotique

zinnat-250-mg-camer24

Dans un récent communiqué, André Mama Fouda appelle à vérifier le nom du fabricant du Zinnat 250 mg en comprimés.

Zinnat 250 mg

Un lot contrefait est en circulation. Contre les angines, otites, sinusites et les infections respiratoires, le Zinnat est souvent prescrit pour soulager l’enfant ou l’adulte. Seulement, alors que les effets de cet antibiotique sont salués par plus d’un, la contrefaçon a gagné le marché. Des comprimés nocifs sont en circulation dans le triangle national. Le tour effectué ce jeudi dans certaines pharmacies et vendeurs de la rue de Yaoundé a démontré que le vrai et le faux sont bien disponibles. Seulement, chez le vendeur ambulant, l’on ne différencie pas le bon du mauvais. « Zinnat égal Zinnat. Nous le conseillons généralement aux adultes et après deux à trois jours de traitement, ils nous disent qu’ils ont retrouvé la forme », explique l’un d’eux.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les raisons

Et pour André Mama Fouda, ministre de la Santé publique, tout Zinnat n’est pas bon pour la santé. Dans un récent communiqué, il invite les populations à éviter « le Zinnat 250 mg comprimés du lot n° C479061. » Produit fabriqué en juillet 2010 et dont la date de péremption était prévue pour juillet 2015.  Ces précisions n’étant pas souvent prioritaires lorsqu’on a un proche malade, le ministre appelle à faire plus attention. A être vigilent dans les points d’achats des médicaments. Car, ce n’est que ce lot (n° C479061), précisément, qui est contrefait. Et non tous les autres. Et pour ne pas faire de confusion en évitant le Zinnat dans son intégralité, le Minsanté rappelle de ce fait que « le Zinnat 250 mg comprimés, B/8, du laboratoire Glaxomihkline est homologué et les autres lots peuvent être utilisés en les achetant dans les pharmacies des formations sanitaires ou dans les officines agréées», indique André Mama Fouda.

Sur le terrain

Si la différence ne saute pas aux yeux, une fois devant ces emballages, (les comprimés étant contenus dans une petite boîte rectangulaire marquée d’une bande bleue ou verte), une double vigilance est de mise. Les médicaments contrefaits, expliquent les médecins, ne respectant pas les exigences de sécurité, de qualité et d’efficacité attendues. Ils contiennent une dose trop faible ou trop forte de principes actifs et certains possèdent des ingrédients toxiques pouvant provoquer d’autres maladies plus graves et occasionner la mort.

Elise ZIEMINE

Populaires cette semaine

To Top