Features

Yves Michel Fosto accuse un candidat au poste de bâtonnier d`escroquerie et de faux

Tribunal-Yves-Michel-Fotso -epervier-camerou

L’affaire fait grand bruit. Le multimilliardaire et ancien directeur général de la Camair, Yves Michel Fosto qui purge une peine de 25 ans de prison ferme depuis 2012 au Secrétariat d’Etat à la Défense (Sed),en compagnie de l’ex-ministre d’Etat chargé de l’Administration territoriale et de la Décentralisation (MinatD), Marafa Hamidou Yaya, pour détournement de fonds liés à l`achat de l`avion présidentiel, l`Albatros, en 2004, accuse Ngnié Kamga, avocat au barreau du Cameroun, et candidat déclaré au poste de bâtonnier, de filouterie, de faux et d’escroquerie, apprend Koaci.com de source médiatique.

Selon, le journal Essigan, qui met l’information sur la place publique avec des facsimilés et la lettre accusatrice d’ Yves Michel Fosto, à l’appui, l’avocat Ngnié Kamga, candidat déclaré au poste de bâtonnier au barreau du Cameroun est accusé d’avoir escroqué des fortes sommes d’argent à la Commercial Bank de Guinée Equatoriale.

« Me Ngnié Kamga et une consultante française nommée Sylvana Combet, sont intervenus pour le compte de la Commercial Bank Guinea Ecuatorial (CBGE), dans une procédure d’arbitrage près la Cour commune de justice et d’Arbitrage (CCJA) de l’Ohada à Abidjan ; procédure ayant opposé cette banque contrôlée par l’homme d’affaires camerounais Yves Michel Fosto, à la République de Guinée équatoriale. La procédure s’est soldée par une condamnation de l’Etat équato- guinéen à payer à laCBGE Search CBGE et son mandataire Search mandataire officiel qu’est Yves Michel Fotso, la somme de 45,6 milliards de FCfa, au titre de dommages divers, pour avoir refusé d’accorder à cette banque un agrément d’établissement de crédit, alors qu’une convention d’établissement avait préalablement été signée à cet effet par les deux parties et que des investissements avaient été consentis par Yves Michel Fosto , pour l’installation de la banque à Malabo », peut-on lire dans le journal.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L’accusateur Yves Michel Fosto, poursuit, « sur le conseil de Sylvana Combet, avec qui Me Ngnié Kamga a défendu le dossier de laCBGE Search CBGE auprès de la CCJA, la CBGE Search CBGE recrute un avocat français en la personne de Me Cohen Bacri, à qui un mandat limité sur la période 22 mai 2012-31 juillet 2012, est confié pour faire exécuter en France la décision de justice prise par laCCJA Search CCJA en faveur de la CBGE. Sans que les mandataires de laCBGE Search CBGE soient informés, cet avocat français s’attache à son tour les services de l’huissier de justice Henri Mercieca ».

Cependant, «les négociations entamées parallèlement entre les deux parties aboutissent à la signature d’un protocole d’accord dans lequel la Guinée équatoriale s’engage à verser immédiatement 20 milliards de FCFA à la CBGE, au lieu de 45 milliards Fcfa ; ceci en contrepartie de l’abandon de toutes les procédures en recouvrement forcé envisagées par la banque. Quelques temps après la signature de ce protocole d’accord le 17 décembre 2012, la Guinée équatoriale procède à un virement de 10 milliards de Fcfa dans un compte ouvert au nom de laCBGE Search CBGE dans les livres de la Banque nationale de Guinée équatoriale (BANGE) ».

Selon les avocats de la banque, aucun document ne conférait à Ngnié Kamga le titre de mandataire. Pour eux, l’avocat camerounais tombe sous le coup de l’article 74 alinéa 4 du règlement intérieur du Barreau du Cameroun, qui dispose : «l’avocat doit respecter strictement l’objet de son mandat et veiller à obtenir du mandant une extension de ses pouvoirs si les circonstances l’exigent ; il ne peut, sans y avoir été autorisé spécialement par son client, transiger en son nom et pour son compte, ou l’engager par une proposition ou une offre de contracter ».

Dans un arrêt rendu le 15 mai 2014, la justice française a bloqué le hold-up de Ngnié Kamga. Dans son arrêt, la cour d’appel de Paris a permis à la Commercial Bank Guinea Ecuatorial, de saisir les 5 milliards de FCfa recouvrés en catimini et frauduleusement par l’avocat camerounais et ses associés.

Du coup Yves Michel Fosto a écrit aux avocats camerounais pour qu’ils n’élisent pas à la tête du barreau un « confrère si peu digne de l’être ».

Koaci.com, Yaoundé

Populaires cette semaine

To Top