Features

Yolande Ambiana, retrouve sa fille au Concert de Charlotte Dipanda à l’Olympia après 16 ans de séparation forcée

yolande-ambiana

C’est une histoire rocambolesque, teintée d’une vibrante émotion ! Yolande Marie Ambiana, chanteuse et ex-employée de la Télévision nationale, CTV, l’ancêtre de la CRTV, est installée en France pour des raisons de santé depuis plus de 15 ans. 

Comble de malheur, elle est séparée de ses trois enfants depuis 16 ans, par son ex-époux, Maître Charles Tchoungang. En rupture amoureuse depuis, justement, 16 ans, les parents d’Isabelle, Charles-Olivier et Paméla-Céline Tchoungang sont toujours en «guerre».  Yolande Ambiana a tenté en vain de rencontrer les fruits de ses entrailles. Même une lettre ouverte au Cardinal Christian Tumi et une décision de justice en sa faveur n’ont pas suffi pour contraindre l’ancien Bâtonnier de l’Ordre des Avocats au Cameroun de permettre à ses enfants de rendre visite à leur génitrice.

Finalement, après tant d’années de souffrance et d’effort, elle a été récompensée hier samedi 10 septembre 2016. A la faveur du concert très couru de l’artiste camerounaise Charlotte Dipanda dans la mythique salle de l’Olympia à Paris en France, la volonté divine a permis à Yolande Ambiana de rencontrer sa fille Paméla-Céline, partie de Douala au Cameroun pour le concert de Charlotte Dipanda. Âgée aujourd’hui de 19 ans, Paméla-Céline Tchoungang avait été séparée de sa génitrice alors qu’elle n’avait que trois ans.

Dans un texte publié sur sa page Facebook, Yolande Ambiana raconte elle-même les retrouvailles historiques entre une mère souffrante et sa fille.

AMBIANCE. À. L’OPÉRA…

Ah la Famille, écoutez cette histoire qui est mienne et aujourd’hui nôtre. Elle est simplement merveilleuse…Quasiment 16 ans que ma fille cadette Céline-Paméla m’a été enlevée, et voilà qu’elle me fait la surprise d’arriver à Paris, à la veille de son dix-neuvième anniversaire, invitée par une connaissance, à ce fameux concert de notre Charlotte Dipanda !!! Sur le chemin de l’Olympia où elle se produit, nous convenons ma fille et moi, de nous retrouver tout juste face au Parvis de l’Opéra qui se trouve à deux pas et où ont aussi l’habitude de se produire en acoustique de sympathiques et dynamiques chanteurs…

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Mais imaginez ma surprise, en la cherchant des yeux parmi la foule perchée sur les escaliers de l’Opéra, d’entendre en arrivant, une jolie voix de femme un tantinet familière, sortant du micro, et interprétant une célèbre chanson de Beyoncé… Je me retourne alors et, qui vois-je, tenant ce micro, là, debout sous les ovations ? Tout simplement mon bout de chou qui, devant l’assemblée, me fait la surprise de chanter ici, en me tendant les bras… À peine ai-je le temps de me remettre de mes émotions que le chanteur en titre annonce à la foule, que je suis une maman qui retrouve son enfant devant eux, ne l’ayant pas revue depuis plus de quinze ans et, me tend son micro sous les regards aussi ébahis que le mien !

Et voilà qu’à deux pas de Charlotte, j’entonne aux quatre vents qui soufflent autour de nous, un digne Hymne à la Vie pour ma fille, le plus noble qui soit, celui « vœu nu » glorifier sa naissance à l’heure indestructible et immuable de la maternité…Devant elle face à eux, me voilà comme prise de contractions, susurrante, déclamant, hurlant presque et finalement, langeant mon enfant sous le faste lumineux de la chanson « SUMMERTIME » pour annoncer sa délivrance, immédiatement suivi d’un retentissant HAPPYBIRTHDAY !!!

Ma fille se tourne soudain et lance à la ronde : « Jusqu’à maintenant, ma référence était Beyoncé, mais aujourd’hui ce sera ma mère ! Je découvre avec vous qu’elle a un chant royal et ce chant, maman, je l’aime autant que je t’aime !!!  » Elle aussi apprécie le talent et la beauté de Charlotte, et nous lui devons ces splendides retrouvailles entre mère et fille, surtout à son insu…Le seul bémol, la connaissance qui l’avait invitée à l’Olympia lui a fait ensuite faux bond; peut-être que cette vie enchantée, notre reine mère à tous, a-t-elle souhaité nous réunir ensuite en aparté… Aujourd’hui elle et moi ensemble pouvons le croire, cette vie-là est mère-veilleuse…

Ma tendre fille je t’aime aussi, déguste mon chant comme du lait, ce fut, je le crois, ma plus belle scène… D’amour.

Mummy YOYO

Adeline ATANGANA

Populaires cette semaine

To Top