Features

Yaounde : Le mode opératoire des voleurs de parking

Bafia-yaounde-voleur-voiture-auto-vol

Depuis quelques mois, dans la ville de Yaounde,  des voleurs défoncent les portières des voitures et emportent les effets personnels des propriétaires.

« S’il te plaît, ne sors pas du véhicule. Cet endroit n’est pas sécurisé ». Ces consignes sont de Nicole E. à son jeune frère. La dame vient de stationner sa voiture de marque Toyota au parking de l’Hôpital général de Yaounde.

Elle est venue comme plusieurs personnes, à la levée de corps d’une connaissance. Mais, le souvenir qu’elle garde de ce lieu est bien négatif. Pas parce qu’elle vient pleurer un être cher. Il y a six mois, Nicole E. a perdu son ordinateur portable, son appareil photo numérique, un lecteur auto et la batterie de son véhicule. D’après son témoignage, elle était venue un jeudi assister un ami éploré. Pendant qu’elle y était, des malfrats avaient profité pour cambrioler à l’intérieur de sa voiture.

Depuis quelques mois, des individus sans foi ni loi s’en prennent à des voitures stationnées dans les parkings à Yaounde.  Leur mission est d’emporter le lecteur auto, des rétroviseurs, la batterie et les effets personnels des propriétaires laissés dans la voiture. Quand ils ont moyen de partir avec cette voiture, ils n’hésitent pas à le faire. Selon un enfant de la rue rencontré à l’avenue Kennedy, la méthode est simple. « Pendant que le propriétaire fait ses courses, un éclaireur vient tester si la voiture a une alarme. Pour le savoir, il va donner un coup de pied sur une roue ou bien, il tente d’ouvrir discrètement la portière. Si l’alarme se déclenche, il se place à côté et observe.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Si personne n’intervient, l’autre complice vient et baisse la vitre. Il y a des techniques pour le faire. Si ce n’est pas possible, il casse », révèle le jeune homme qui laisse entendre que les voitures aux vitres claires passent facilement au « scanner » et que certains bandits se sont fait fabriquer des clefs passe-partout. « Eux, ils n’hésitent pas à emporter le véhicule si c’est nécessaire », ajoute-t-il. Les propriétaires de voitures ne savent plus à quel saint se vouer. Les plaintes sont légion. « Les auteurs de ces actes doivent sévèrement être punis. Quand ils ne peuvent pas démarrer et partir avec le véhicule, ils le saccagent », déclare un cadre qui a déjà été victime deux fois.

Des informations obtenues auprès des commissariats font état de deux à trois plaintes déposées par semaine. Le problème prend de l’ampleur. Même le dimanche dans les parkings des églises et autres lieux de prières, on pleure.

Pierre Rostand ESSOMBA

Populaires cette semaine

To Top