Features

Yaoundé: Grande marche contre Boko Haram samedi

Grande-marche-contre-Boko-Haram-samedi-à-Yaoundé-journalistes

Les contours de la manifestation présentés lundi au cours d’une conférence de presse du collectif «Unis pour le Cameroun», à Yaoundé.

Nombreux sont les  hommes et femmes de média qui sont venus à la conférence de presse, lundi au siège de la Fondation Muna, avec l’intention d’en découdre avec le collectif «Unis pour le Cameroun». Car depuis l’annonce de cette initiative citoyenne par ce groupe constitué essentiellement de journalistes, plusieurs confrères étaient sceptiques. Mais quand Parfait Siki, membre dudit collectif organisateur de la marche patriotique du 28 février prochain, lance la vidéo montrant les exécutions et autres exactions de Boko Haram au Nigeria et au Cameroun, l’émotion devient insoutenable. Quand certains se pincent, d’autres ferment instinctivement les yeux. Sur la bande de sept minutes d’images, certains ne verront pas plus de deux minutes, tellement le choc est saisissant.

« Ces images nous concernent. Cela aurait pu être dans l’Est où des populations  subissent les contrecoups des affrontements entre Anti-Balaka et Séléka. Cela aurait pu être au Sud-Ouest, lorsque nous vivions le conflit de Bakassi », rappelle Eric Benjamin Lamère, autre membre du collectif. « En fait, on a constaté que plus on descendait de l’Extrême-Nord pour la région du Sud, la signification et l’intérêt des événements auprès des concitoyens n’étaient plus les mêmes. C’est la raison pour laquelle, nous, qui avons l’habitude de couvrir ce conflit, avons décidé de nous mobiliser et sensibiliser les Camerounais sur les réalités de cette guerre », explique Polycarpe Essomba, membre du collectif.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le décor ainsi planté, Polycarpe Essomba, Eric Benjamin Lamère, Guibaï Gatama, Thierry Ngogang et Raoul Simplice Minlo réussissent à gagner la confiance des confrères. La séance de questions dure finalement plus d’une heure. Les hommes de médias veulent en savoir davantage sur l’itinéraire de la marche. Certains proposent même des stratégies pour « mieux venir en aide aux troupes et leur montrer le soutien de tout le peuple camerounais ». L’exercice de communication s’achève avec l’engagement solennel de se retrouver samedi prochain dès 8h au rond-point de la poste centrale à Yaoundé pour « souder le pays, créer l’union sacrée autour de la guerre contre la secte Boko Haram au-delà des régions, des ethnies, de toutes convictions politiques et religieuses ».

MESSI BALA

Populaires cette semaine

To Top