Features

Yaoundé fait le plein de la Marche de l’Unité

Marche_de_l’Unité- recensement

Des milliers de personnes ont marché samedi dernier sous le regard du Premier ministre Philemon Yang, représentant personnel du chef de l’Etat. « We are one. We are together ! » Traduction: « Nous sommes un. Nous sommes ensemble ! »

Ont chanté en chœur les milliers de marcheurs au rond point des Services du Premier ministre avant-hier matin, brandissant chacun le drapeau vert-rouge et jaune. Un, pour faire face à la secte islamiste Boko Haram. Un, pour soutenir le chef de l’Etat, chef des armées dans cette guerre que notre pays mène un an déjà. Les Camerounais ont manifesté leur solidarité face à la secte islamiste. Partis des sept arrondissements de la capitale dans le cadre de la marche de l’Unité, ils sont arrivés en dix itinéraires, symbolisant les dix régions du Cameroun. Sous le regard de Philemon Yang, Premier ministre, chef du gouvernement, représentant personnel du chef de l’Etat, qui, pour la circonstance, a troqué son costume pour une tenue de sport appropriée. Autour de lui, les autres membres du gouvernement, de nombreuses dames du Cercle des Amis du Cameroun (Cerac), qui venaient, elles aussi, de prendre part à la marche. Des mouvements giratoires ont été effectués. Ceux-ci ont permis aux nombreux Camerounais, sortis pour la circonstance de se fondre en des figures magnifiant l’Unité et l’intégration nationales.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L’un des temps forts aura, sans doute, été la prière inter-religieuse qui a suivi. La paix aura été le principal leitmotiv des représentants des différentes confessions religieuses qui ont pris la  parole. « Quand nous regardons à l’horizon 2035, nous avons besoin de cette paix », a ainsi lancé le Révérend Jonas Kenmogne de l’Eglise évangélique du Cameroun, tandis que son collègue Valère Minyono Assembe implorait le Très haut pour que « l’unité et la stabilité soient au Cameroun. « Nous devons rester unis dans la paix », a pour sa part lancé le représentant de l’église orthodoxe. La Convention des églises  baptistes a, de son coté, élevé une prière pour les soldats engagés dans la guerre contre la secte islamiste Boko Haram, alors que l’imam Bouba réitérait tout le soutien de la communauté musulmane au président Paul Biya, chef de l’Etat, chef des armées. L’Eglise catholique, par la voix de Jean Claude Ekobena a souligné que « la récurrence avec laquelle sont organisées les prières inter-religieuses manifestent le désir de confier notre pays à Dieu », a-t-il indiqué avant de remercier le Seigneur qui a toujours permis aux Camerounais de vivre unis et dans la paix. C’est un peu à regret que les milliers de marcheurs ont dû se séparer à l’issue de cet exercice qui se voulait encore une manifestation de l’unité du peuple camerounais.

La marche de samedi dernier était l’un des temps forts du Programme national harmonisé et synchronisé des manifestations marquant la 43e fête nationale prévue le 20 mai prochain. Cette manifestation était placée sous la coordination du ministre de la Jeunesse et de l’Education civique, Bidoung Mpkatt.

Jean Francis BELIBI

Populaires cette semaine

To Top