Features

Yaoundé et Ndjamena harmonisent leur communication contre Boko haram

La visite au Cameroun du ministre tchadien de la Communication permettra aux deux pays d’adopter une stratégie commune en la matière. Au moment où la coalition formée par le Cameroun et le Tchad gagne du terrain dans la guerre contre la secte islamiste Boko Haram,

les deux pays ont décidé de conjuguer et de mutualiser leurs efforts sur un autre front : celui de la communication. C’est le sens qu’il faut donner à la visite de 72 heures qu’effectue au Cameroun le ministre tchadien de la Communication, Hassan Sylla Bakary. Au second jour de cette visite, l’hôte tchadien a eu une séance de travail avec son homologue camerounais, Issa Tchiroma Bakary. A la qualité de la composition des deux délégations qui prenaient part aux travaux dans la salle de conférences du ministère de la Communication, l’on a pu mesurer tout l’intérêt accordé à ce volet dans la lutte contre la secte islamiste. « Car cette guerre n’est pas seulement militaire. Elle l’est certes en premier lieu, puisqu’il s’agit de prendre le dessus sur l’ennemi et de réduire sa capacité de destruction et de nuisance. Mais elle est aussi celle de nos opinions publiques respectives, de l’opinion publique internationale que nous devons rallier à notre cause », a indiqué Issa Tchiroma Bakary à l’ouverture des travaux.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il est donc question pour le Tchad et le Cameroun d’occuper le terrain de la communication, « grâce à une information construite par nos propres soins à partir des réalités du terrain, dont nous sommes, par ailleurs les meilleurs à avoir la maîtrise » a-t-il poursuivi. Pour sa part, Hassan Sylla Bakary, en outre porte-parole du gouvernement tchadien, a souligné que la rencontre de Yaoundé devrait permettre « de voir comment, par une information objective de nos populations, la presse de nos pays respectifs peut aussi contribuer à lutter efficacement contre les terroristes, comme le font déjà sur le terrain, l’arme à la main, nos forces de défense et de sécurité. »

Les deux parties ont, en effet, convenu de ce que c’est par la communication qu’ils peuvent également faire échec aux actions de la secte islamiste, en appelant les populations à la vigilance permanente et « à une collaboration de tous les instants et en tous lieux, avec l’ordre institutionnel que représentent les autorités publiques » a souligné le ministre camerounais de la Communication. D’où la nécessité de l’harmonisation des stratégies de communication entre les deux parties. Le Cameroun et le Tchad vont ainsi parvenir, à l’issue de cette visite, à la signature d’un accord en la matière. Il n’est pour cela pas inutile de rappeler que le Tchad est le premier pays à avoir répondu à l’appel lancé devant le corps diplomatique le 8 janvier dernier par le président de la République, Paul Biya pour une globalisation de la riposte contre la secte islamiste.

Cette séance de travail a été précédée d’un entretien que le ministre Issa Tchiroma Bakary a accordé à son homologue tchadien dans son cabinet.

Jean Francis BELIBI

Populaires cette semaine

To Top