Actu'Décalée

Yaoundé: Une inspectrice de police sème la terreur à Mendong

Depuis pratiquement six mois, l’inspectrice de police 2ème grade Nguimeni Brigitte, résidant au quartier Mendong à Yaoundé, au lieu-dit chapelle, terrorise la population à partir de son arme.

Les habitants du quartier Mendong précisément ceux résidants au lieu dit chapelle T.K.C ne cessent de se plaindre par rapport à l’attitude terrible d’une femme en tenue qui a transformé le quartier en un domaine privé où elle serait la seule à décider sur le devenir de son quartier. Plus encore sur les entrées et sorties de tout un chacun. La première victime de la dame de fer est l’une de ses voisines la nommée Kamta Yolande à qui elle reprochait la négligence de ses enfants qui passaient leur temps à errer dans le quartier à la quête d’une éventuelle ration alimentaire. Elle ira jusqu’à dire à celle-ci que sa pauvreté l’énerve et qu’elle a horreur des pauvres.

La deuxième victime de «chef» comme on l’appelle couramment au quartier se nomme Jean Yves Benkou qui a eu le malheur de ne pas souvent saluer l’inspecteur à son passage tous les matins. Ce dernier s’est vu agresser verbalement par Brigitte. Ayant déposé une plainte contre elle au commissariat de Mendong, cette dernière serait restée lettre morte. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase serait son entêtement contre la famille Ngongang, voisine de l’inspecteur, et qui jusqu’à présent, menait une vie paisible et sans histoires. Tout a commencé lorsque la dame a entamé les travaux de construction de son immeuble.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Elle avait besoin d’espace censé permettre aux travailleurs de se positionner pour faire le travail. N’ayant aucun moyen de passage dans son domicile, elle ne pouvait qu’effectuer les travaux en passant par le domicile de son voisin. Monsieur Ngongang et son épouse étant absent du domicile, l’inspecteur arrive, arme au point et ordonne aux enfants de vite ouvrir le portail afin de laisser passer les travailleurs qui devaient faire les travaux de crépissage du mur. Le refus des enfants aurait obligé l’inspecteur à tirer deux balles en l’air pour influencer ces derniers. Pris de peur, l’aînée va décider d’appeler les parents qui se trouvaient à un deuil à Bangou. Ces derniers vont aussitôt prendre le chemin de Yaoundé.

A leur arrivée aux environs de 22 heures 30 min , ils constateront que les enfants s’étaient enfermés dans la maison. Malgré l’intervention des voisins, qui ont essayé de calmer l’inspecteur, elle n’aura cédé sous aucun prétexte. Tout le monde s’est retiré lorsque la dame a brandit son arme.

CONFIDENCE

Nathalie Ngongang, consternée et choquée, s’est confiée au journal «Le soir»: «Je ne sais même pas dans quelle genre de pays nous vivons. Comment une dame peut terroriser toute une population avec son arme et on ne fait rien pour l’arrêter Tout le quartier est malade Pour un simple problème de passage elle a failli tuer mes enfants. » Sans même attendre que je rentre du voyage. C’est quand elle va tuer une personne qu’on va se mettre à s’embrouiller».

Josué Raymond Ngurouuljé

Populaires cette semaine

To Top