Gossips

#Yaoundé: Encore une voleuse d’enfant aux arrêts

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Après l’affaire Vanessa Tchatchou qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, les vols d’enfants n’ont toujours pas complètement disparu des mentalités des jeunes filles et femmes au Cameroun. Une fois encore, après plusieurs autres cas, une jeune femme a été appréhendée samedi 1er février 2014 pour les mêmes faits.Il s’agit de la nommée Edwing Kido, âgée de 32 ans. Cette dernière a été arrêtée le samedi 1er février dernier par les éléments de la gendarmerie de Yaoundé 1er, 03 années après les faits. En ces temps, nous sommes notamment en 2011, Edwing Kido se rapproche alors de Séraphine Aimée Tchakounté, à l’occasion d’une circoncision et en profite pour lui prendre son bébé Goodlove Ngambou, seulement âgé de 17 jours. Cette brève amitié, va se terminer aussi vite qu’elle avait commencée, car, depuis ce temps, Séraphine n’aura plus jamais de nouvelles de Edwing.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Seulement, 03 ans plus tard, lorsque Séraphine, à nouveau jeune maman, et cette fois de jumeaux, se rend à l’hôpital pour une vaccination, elle reconnaîtra, sans erreur, son fils alors volé, et sa supposée amie, la voleuse. Sans perdre de temps, elle va alerter le 113, pour dénoncer la voleuse, tenant à peine compte des supplications et de la proposition de la voleuse de bébé de tenter un arrangement à l’amiable. Quelques minutes plus tard, les gendarmes seront sur les lieux et mettront main sur Edwing. A la gendarmerie de Yaoundé 1er, elle passe aux aveux complets et justifie son acte par un souci d’aide. Elle a dit notamment vouloir venir en aide à la mère biologique de Goodlove pour son éducation, vu son état de santé fragile.

Toutes choses que Séraphine ne reconnait pas, et même si c’était le cas, précise-t-elle, elle n’avait jamais sollicité l’aide de cette femme. Sans davantage perdre de temps, Goodlove Ngambou a été remis à sa famille biologique avec l’accord du procureur de la République. Quant à la voleuse de bébé, elle risque la prison à vie pour enlèvement de nourrisson, selon le code de procédure pénale camerounais. Pour l’heure, elle médite sur son sort et a certainement été déferrée au parquet hier lundi.


Florette MANEDONG 

Populaires cette semaine

To Top