Features

Yaoundé: Des armes saisies lors d’un rafle

Plus de 300 personnes interpellées hier, 5 octobre, lors d’un rafle à Yaoundé.

Il est environ 5h30 lorsqu’une centaine d’éléments de la police et la gendarmerie investissent le lieu dit Carrefour Ekounou, à Yaoundé. En tenue de combat, casque lourd vissé sur le crâne, certains sont lourdement armés alors que d’autres arborent uniquement des gants blancs. Une voiture de la police se met en travers de la chaussée, obstruant la voie aux automobiles désirant se rendre aux Carrefour de la mort.

Deux minis-bus de la sécurité prennent position devant le commissariat du 14e arrondissement, alors qu’un de ses camions prend la direction du collège Gasolent. Les hommes en tenue se répartissent en plusieurs groupes : certains vont vers le lycée, d’autres vers Nkomo pendant que des collègues campent au carrefour, quadrillant ainsi ce secteur considéré comme l’un des hauts lieux de la prostitution dans la capitale.

Les bidasses débutent alors la fouille, maison après maison, bar après bar. Les personnes surprises dans les différentes auberges qui pullulent en cet endroit sont rapidement embarquées, manu-militari, parfois en petite tenue. Dans les domiciles privés, ceux qui ne disposent pas de pièce d’identité sont interpelés, ainsi que toute personne jugée suspecte. Les passants, y compris les joggeurs, sont également invités à se faire identifier. Le camion de la police et les deux minis-bus font la navette vers le commissariat central n°4, pour y déposer les personnes interpelées ainsi que les objets saisis.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pactole. La descente musclée des forces de l’ordre dure près de deux heures. Au commissariat central n°4, les prévenus les plus suspects sont placés en cellule, alors que le reste est amassé sur la cour principale. Des curieux s’entassent aux alentours. Parents, amis et connaissances arrivent aussi, question de plaider pour les leurs. Une dame aborde un policier au sujet de son cadet. L’homme en tenue, visiblement en colère, répond à vive voix : «Ce sont tous des braqueurs ! Vous savez combien d’armes nous avons saisies ?

Vous ne pouvez pas imaginer les tonnes de chanvre qu’il y avait là dedans.» En effet, rapportent nos sources, plusieurs armes, en grande partie des pistolets automatiques, ont également été récupérées lors de ce bouclage. Une centaine, indiquent des sources introduites.

Sur les raisons de cette opération, une rumeur persistante révèle que la police était à la recherche d’un gang qui sème la terreur ces derniers temps dans la zone, alors que d’autres sources invoquent une opération d’assainissement du quartier, devenu le repaire de prostituées et de malfrats.

© Source : La Météo

Populaires cette semaine

To Top