Features

Yann Gael, acteur sans frontières

yann-gael-1

Camerounais, français, provincial, banlieusard, parisien : l’acteur est tout cela à la fois. Entre théâtre, télévision et films d’auteur, il se gausse des carcans. Yann Gael suit son libre arbitre. C’est avec simplicité qu’il nous a rejoints un matin de juin au café Les Éditeurs, dans le 6e arrondissement de Paris, pour nous parler de ses premiers pas sur les planches. Flash-back.

À l’époque, il suit des cours de langues étrangères à l’université et rêve de devenir musicien. À la fac, il s’ennuie. Habitant de Villiers-le-Bel, il vit les émeutes de l’intérieur. Nous sommes en 2007, sa banlieue val-d’oisienne est en feu et sous le feu des projecteurs. La raison : la mort de deux jeunes – Moushin Sehhouli, 15 ans, et Laramy Samoura, 16 ans –, renversés à moto par une voiture de police. « Suite à l’accident, il y a eu un ras-le-bol général. La jeunesse s’est sentie pour une fois relayée dans les médias alors qu’elle vit dans une vraie enclave, sans accès aux transports, et qu’elle est sans cesse oubliée et stigmatisée. » Yann Gael a un déclic, une envie soudaine de s’exprimer.

« Il y avait un truc qui montait en moi. L’environnement devenait beaucoup trop violent. Je marchais dans la rue, et les mamies s’agrippaient à leurs sacs ; j’avais le sentiment d’être une menace pour les autres », se souvient-il avec amertume. Il ressent alors le besoin de réinvestir sa « colère, [son] énergie » quelque part. Un dimanche matin, il tape « cours de théâtre » sur Google pour trouver une issue. Coup du sort, un stage commence le jour même au Cours Florent, l’une des écoles les plus prisées de Paris.

« J’avais envie d’immédiateté. » Décision prise « sur un coup de tête », mais non moins raisonnée. Yann Gael choisira de rester à Florent, avant d’intégrer le Conservatoire national supérieur d’art dramatique.

À peine sa première année de formation achevée, Yann Gael se fait repérer par Marcel Bozonnet, ancien administrateur de la Comédie-Française, qui lui offre le rôle-titre dans Chocolat, clown nègre, pièce de Gérard Noiriel, historien spécialiste de l’immigration et coauteur de la saga Racines. Gael sera Chocolat pendant un an et demi, en sillonnant la France, de la province aux DOM.

Ce parcours initiatique sans fausse note est toutefois teinté de désenchantement. Si avec le corps enseignant l’expérience est positive, celle avec les comédiens est tout autre. L’acteur en herbe a du mal à trouver sa place parmi eux. Pourtant, la différence et l’adaptation, il sait ce que c’est. Né au Cameroun, il a grandi dans un village breton de 1 000 habitants. Adulte, il emménage aux Ulis, dans le 91, puis s’installe à Besançon, en Franche-Comté, avant d’atterrir dans le 95, puis à Paris intra-muros.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Je pense que s’ouvrir à l’étranger, c’est fondamental

« Je suis français parce que j’ai traversé la France et que la France m’a traversé », revendique celui qui ne s’est jamais senti étranger nulle part. À l’école de théâtre, il endosse toutefois le rôle d’outsider. « À Florent, j’étais isolé, j’ai passé énormément de temps en dehors du plateau à regarder les autres. C’était comme s’il n’y avait pas de place pour moi. Les acteurs travaillaient entre eux, mais moi, je ne leur renvoyais rien : ça a été extrêmement violent. » Idem à la sortie de l’école, où pas un seul réalisateur ne lui fait passer d’auditions ni n’essaie de le rencontrer.

Cette claque aiguise pourtant le désir de liberté de Yann Gael. « Je pense que s’ouvrir à l’étranger, c’est fondamental. Je ne veux pas travailler avec les gens qui n’ont pas envie de travailler avec moi.

S’il y en a que je ne fais pas rêver, que ce soit à cause de ma couleur ou de ma voix, tant pis, d’autres auront envie d’essayer ! » affirme celui qui a tourné dans le feuilleton Il sogno di Rocco pour la Radiotelevisione Italiana (Rai). C’est néanmoins en France que l’acteur finit par obtenir un premier rôle, aux côtés de Gérard Darmon, dans la série policière Duel au soleil (France 2).

« Ça a du sens et je suis très fier d’être sur le service public, qui s’efforce d’aller de l’avant par rapport au positionnement général du cinéma et de l’audiovisuel français. J’ai envie de faire des choix de programmes qui défient la pensée des gens. » Le comédien a conscience de détonner dans le paysage cathodique hexagonal : il aime le drame et vient aussi du conservatoire. Mais il sait qu’on attend un acteur noir sur d’autres terrains.
« Je vais à l’inverse du marché qui veut voir des Noirs jouer la comédie, sourire et faire rire les gens. Il suffit de regarder tous ceux qui font du one-man ! Ils marchent bien, du coup on va les chercher, eux, pour jouer dans les films grand public. » Les rôles stéréotypés, un écueil sur lequel Yann Gael est déjà tombé. Quand il décroche un petit rôle dans L’Astragale, de Brigitte Sy, en 2015, il est secoué après la projection.

« J’étais vraiment le Noir qui danse, et ça, je ne l’avais pas vu venir. Il y a malheureusement ce que les gens attendent de vous, l’image que vous leur renvoyez, et celle que vous avez envie de projeter. » Pour l’avenir, Yann Gael a déjà fait son choix.

Sources : Cameroun : Jeune Afrique

Populaires cette semaine

To Top