Features

Y. M. Fotso dénonce une tentative de spoliation de ses actifs dans Commercial Bank en RCA

Tribunal-Yves-Michel-Fotso -epervier-camerou

Difficile de savoir si la vente aux enchères des actifs détenus dans la Commercial Bank Centrafrique par les sociétés Fotso Group Holdings et Capital Financial Holdings Luxembourg, puis par Yves Michel Fotso (photo), opérateur économique camerounais qui contrôle d’ailleurs les deux entreprises sus-mentionnées, aura finalement lieu comme prévu ce 31 mars 2015 à Bangui.

En effet, dans un communiqué signé le 25 mars et rendu public le 30 mars 2015 au Cameroun, la société Capital Finance Holdings Luxembourg, détentrice de la majorité des actifs ((123 250 sur un total à vendre de 136 250 actions) devant être mis en vente aux enchères ce 31 mars 2015 par l’huissier de justice centrafricain, Alain Benoît Serge Dameyo, dénonce une «tentative de spoliation à son encontre».

Capital Finance Holdings, que contrôle l’industriel camerounais Yves Michel Fotso, dit sa «grande surprise d’apprendre qu’une vente aux enchères des actions qu’elle détient dans la Commercial Bank Centrafrique interviendra le 31 mars 2015», avant d’indiquer qu’elle se «réserve expressément son droit d’attaquer en justice, par toutes les voies de droit disponibles, toute vente qui interviendrait en fraude de ses droits».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Emprisonné au Cameroun pour détournements de deniers publics dans une affaire d’achat avorté d’un avion présidentiel, puis poursuivi pour diverses autres affaires devant les juridictions du pays, l’homme d’affairesYves Michel Fotso, qui nie en bloc tout ce que la justice lui reproche, ouvre ainsi un nouveau front dans sa tentative de reconquérir une banque fondée par son géniteur, et dont il est accusé d’avoir dilapidé les fonds propres.

En effet, après la mise sous administration provisoire en 2010 de la maison-mère, la Commercial Bank Cameroun (CBC), et sa restructuration qui s’éternise depuis janvier 2013, Yves Michel Fotso avait déjà accusé les autorités camerounaises et la Commission bancaire d’Afrique centrale (Cobac), de tentative de hold-up sur ses actifs dans le capital de la CBC. Désormais, la même accusation est faite à l’encontre des autorités de Bangui, pour ce qui est de la filiale de la CBC en République centrafricaine (RCA).

Pour rappel, la vente aux enchères dénoncée par Capital Finance Holdings porte sur 136 250 actions d’une valeur nominale de 10 000 francs Cfa chacune (soit 1 362 500 000 francs Cfa en numéraires). La mise à prix de l’ensemble de ces actifs est de 1 362 500 000 francs Cfa, précise l’huissier.

BRM

Populaires cette semaine

To Top