Culture'Urbaine

Whatsapp, Viber, Facebook… des applications sans frontières.

Si le slogan de la marque Nokia c’est « connecting people », la marque a pourtant raté le tournant de la téléphonie pour les Smartphones et l’attrait des applications mobiles qui elles relient vraiment les peuples comme Whatsapp, Viber, Facebook…En 2014 Facebook annonçait le rachat de Whatsapp pour la somme de 19 milliards de  $. Finalement c’est 22 milliards de $ (17.5 millions d’euros) qui auront été dépensés, 4.59 milliards en monnaie sonnante et trébuchante et 223.7 millions d’actions Facebook qui n’arrêtent pas d’être valorisées.

Facebook avait déjà surpris en investissant 1 milliard de $ pour le rachat d’instagram, application qui ne rapportait pourtant pas d’argent à l’époque. Déjà qu’on trouvait un investissement d’1 milliard rocambolesque, que Facebook investisse plus de 20 fois la somme investit pour instagram pour une application qui ne faisait que de la messagerie instantanée, nous laisser face à l’incompréhension la plus totale. Surtout que les concurrents ne manquent pas sur le marché, des concurrents comme Facebook d’ailleurs avec sa messagerie instantanée intégrée à sa plate forme, BBM, Imessage pour les utilisateurs des produits Apple, Google qui développe son Hangout. Sans oublier les opérateurs téléphoniques proposant des abonnements avec SMS et MMS en illimités.

smartphone facebook user by reuters

Dans ces conditions, pourquoi un tel investissement ?

Tout d’abord en investissant ainsi, Facebook permet d’éliminer ou de rallier la concurrence à sa cause. De plus si Facebook n’investit pas, ce sont ses concurrents qui le feront. Même si les prix semblent astronomiques, Facebook mise toujours sur la croissance et le fait que les consommateurs utilisent de plus en plus leurs smartphones pour effectuer des actions qu’ils faisaient hier via leurs ordinateurs. Acquérir les applications qui ont déjà une bonne base d’abonnés aujourd’hui est un pari sur l’avenir dans cette course vers la mobilité et la digitalisation.

Si le marché Européen semble saturé, Whatsapp fait la différence sur des territoires où l’utilisation des smartphones n’est pas encore automatique, à cause des prix des téléphones encore élevés, un réseau mobile pour l’internet encore faible, niveau 2G et des opérateurs mobiles offrants des prix des SMS et MMS excessifs, parfois abusifs. C’est sans doute dans cette optique que Facebook a investi autant d’argent dans cette application.

En effet là où l’application Whatsapp fait la différence par rapport à la concurrence, c’est qu’elle fonctionne même avec un faible débit. S’envoyer des messages avec un réseau 2G ne pose aucun problème là où d’autres applications demandent plus de débits pour fonctionner quasiment en temps réel. A partir du moment où Whatsapp peut fonctionner avec un débit bas, elle n’a pas besoin d’un téléphone de dernière technologie. Un Smartphone d’entrée de gamme suffit,  loin des derniers Smartphones à la mode au prix exorbitants correspondant à des années de salaires dans certains pays. Sa gratuité permet ainsi d’éviter de subir les prix ahurissants des opérateurs même si l’internet mobile a aussi un coup, mais un coup significativement moindre.

On estime à 5% le taux de pénétration d’internet au Cameroun quand la moyenne africaine est à 18%. Ce faible taux est essentiellement lié aux prix appliqués par les opérateurs mais aussi à cause de la qualité des infrastructures présentent sur le terrain.Néanmoins ça n’empêche pas les jeunes camerounais d’avoir adhérer à Whatsapp pour les raisons citées précédemment. Whatsapp est définitivement entré dans les mœurs de la jeunesse camerounaise grâce à sa gratuité et la possibilité de communiquer en groupe, d’envoyer des photos, des vidéos et des musiques sans trop de difficultés.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Réseaux-sociaux-890x395_c

Si ce comportement se reproduit dans tous les pays d’Afrique ou pays en voie de développement et émergents, Cela nous permet donc de visualiser le potentiel de l’application  malgré de telles conditions. En août 2014, on estimait à 600 millions le nombre d’utilisateurs actifs de l’application, faisant de whatsapp l’application de messagerie instantanée la plus populaire du monde, imaginez quand le taux de pénétration d’internet atteindra ne serait ce que  les 25%, les 40%, 50% partout en Afrique ?

Autre avantage de Whatsapp, l’application fonctionne sur tous les modèles de Smartphones, peu importe la marque ou le logiciel intégré, ce qui offre la possibilité à quiconque de joindre gratuitement un autre téléphone. Rien de mieux pour connecter les populations du monde entier.

 Des applications qui  rapprochent les peuples.

Si jusqu’à la fin des années 2000, il était difficile pour un camerounais ayant quitté le pays de joindre la famille restée derrière lui. Aujourd’hui les applications mobiles facilitent la vie. Avant pour joindre la famille au Cameroun, depuis la France par exemple, il fallait aller dans un taxiphone, utiliser une de  leur cabine ou acheter une carte téléphonique qui ne donnait pas toujours pas le temps de communication indiqué sur la carte, en tout cas cela semblait être le moyen le moins onéreux pour communiquer.

Aujourd’hui les applications sonnent une véritable révolution. Plus besoin de sortir de chez soi pour joindre nos proches. Pour les communications écrites, nous avons whatsapp. Pour les communications téléphoniques, nous avons Viber. Même si cette dernière semble demander un bon réseau pour avoir une qualité de communication correcte, c’est déjà un bon début, nous sommes impatients de voir comment cette application évoluera. N’oublions pas qu’il est désormais possible de passer des appels via Facebook tout comme avec Viber, seule une qualité de réseau convenable nous empêche donc de passer des appels pendant une longue durée.

Los-colegios-piden-a-los-padres-que-tengan-cuidado-con-WhatsApp

En ce qui concerne Facebook, même si le réseau social n’est plus une nouveauté voire en déclin, sur l’hémisphère nord, l’Afrique reste encore un marché potentiel pour Facebook. En effet si le taux de pénétration d’internet évolue en Afrique, Facebook sera forcément un des réseaux qui attirera le plus les utilisateurs. Si Facebook avait pour but de montrer aux anciens camarades de classes ce que nous devenons, Facebook pourrait devenir un réseau qui permet aux familles séparées par un océan de voir ce qu’elles sont devenues voire mieux de voir leurs évolutions aux quotidiens. Si vous vivez en dehors du Cameroun, avez-vous remarqué les demandes de plus en plus nombreuses venant du Cameroun si vous y avez encore de la famille ?

Les applications sont donc un moyen de réduire les distances d’un seul téléchargement à partir de son téléphone, nous pouvons joindre nos proches restées au pays, comme s’ils étaient à quelques kilomètres, maintenant la dernière question qui se pose c’est quand est ce que nous aurons un réseau d’internet mobile digne de ce nom au Cameroun ? Ou est ce une situation qui arrange bien les opérateurs mobiles, craignant de perdre des parts de marché ?

MAS AYMARD K
Le Suivre sur ses Blogs  ET

Populaires cette semaine

To Top