Features

Voici pourquoi Biya a nommé 5 nouveaux généraux

Le-plan-d’urgence-remaniement-Booto à Ngon-Paul_BIYA_gouvernement

Le président de la République, chef des Armées, a récemment signé deux décrets d’une grande importance dans la guerre contre Boko Haram. Le premier décret, concerne cinq colonels nommés Généraux. Le second porte nomination de responsables dans les commandements militaires territoriaux. Analyse…

Les cinéphiles des années 70 ont certainement encore en mémoire un film qui connut un grand succès en son temps. Le titre, Cinq pour l’enfer du réalisateur Gian franco Parolini figure au Panthéon des chefs d’œuvres cinématographiques de la Seconde Guerre mondiale. Sorti en 1969, l’intrigue met en exergue un commando spécial constitué de cinq hommes choisis parmi l’élite militaire pour une mission difficile : se faufiler parmi les troupes ennemies, pour y soutirer les plans de guerre, afin d’anéantir l’adversaire qui est d’une grande cruauté. Malgré la difficulté, ils y parviendront avec succès… sauf que Cinq pour l’enfer, c’est du cinéma… Dans la réalité, Paul Biya qui est connu pour être un passionné du cinéma d’action se révèle également grand stratège. Ne vient-il pas de signer un remake – réel – du film en nommant cinq généraux pour participer à l’éradication de la secte Boko Haram ? À coup sûr, la mission s’annonce difficile, mais pas impossible. Les cinq nouveaux généraux ont du métier. Ils ont des faits d’armes qui parlent pour eux. Ils ont une grande particularité, ils sont au front depuis unbon moment. Et ça compte à la guerre. Paul Biya a vu juste en étoffant le collège des généraux du Cameroun d’un commando aguerri aux combats. Qui sont-ils, ces nouveaux généraux de brigade ?

On a le premier, le désormais généralValère Nka, l’ancien colonel était jusque-là,Attaché de défense auprès du Haut-commissariat du Cameroun au Nigeria ; le général de brigade Simon Ezo`o Mvondo, précédemment commandant de la 1ère brigade d`infanterie motorisée dont le poste de commandement était à Ebolowa dans la région du Sud ; le dorénavant général Jacob Kodji, commandant la 4ème région militaire interarmées à Maroua à l’Extrême-Nord du pays ; le généralFrédéric Djonkep Meyomhy, commandant de la 3ème région militaire interarméesà Garoua (Nord), et enfin, fait nouveau et inédit, le tout premier général de brigade issudu BIR, Bouba Dobekreo, qui officiait comme coordonnateur général desBataillons d`intervention rapide. Voilà pour la revue de troupes…

The right men at the right places

Les colonels qui viennent d’être nommésGénéraux de Brigade par décret de Paul Biya, chef suprême des armées camerounaises ont la particularité de commander des troupes, et donc d’être rompus à la tâche pour ce qui concerne les stratégies et les assauts sur le terrain. Pour les cinq promus, c’est un honneur pour leur fidélité et leur efficacité. Si, dans le contexte de guerre que le Cameroun mène contre la secte criminelle, les décrets du chef de l’Etat qui relèvent du secret militaire ne méritent pas être commentés en profondeur, il convient de souligner que les cinq nouveaux cadres de l’armée de terre ont là, le mérite et la reconnaissance du chef de l’Etat, chef suprême des Armées, et donc forcément, la confiance de la Nation entière qui soutient activement son Chef et ses Forces de défense. Les deux décrets signés le 13 août revêtent une importance hautement stratégique dans l’éradication de Boko Haram.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

On ne le dira jamais assez, les cinq niveaux jokers parmi la trentaine de généraux que compte l’armée camerounaise sont des hommes d’expérience et de terrain.L’ancien colonel Jacob Kodjiest l’officier supérieur qui commandait, à titre intérimaire, depuis le mois d’août 2014, la quatrième région militaire interarmées (RMIA 4), l’unité de commandement mise sur pied pour apporter une riposte efficace à la lutte contre Boko Haram. Elle n’a point failli, notre territoire étant resté intact depuis le mois de mai 2014, date de déclaration officielle de la guerre contre Boko Haram par le président Paul Biya.

Le désormais général Jacob Kodji est confirmé au commandement de la RMIA4, dont le poste de commandement est basé à Maroua, dans la région de l’Extrême-Nord. Ce qui fait de lui, le général le plus avancé au front contre les membres de Boko Haram. Tout à côté, le général Frédéric Djonkep Meyomhy coiffela Troisième région militaire interarmées, qui couvre les régions du Nordet de l’Adamaoua,excepté le département du Mayo Louti. Pour sa part, le général Bouba Dobekreo, coordonnateur des Bataillons d’interventions rapides (BIR), l’unité spéciale et corps d’élite des Forces de défenses camerounaises est l’homme dont le travail de fourmi est efficacement salué sur le front contre Boko Haram. Le BIR est le bouclier professionnel et sanspitié,stationné en poste avancé faisant et face à l’ennemi… C’est l’occasion de saluer l’ingéniosité du chef de l’Etat qui est à l’origine de la création de cette unité d’élite, le BIR. Il fallait y penser…

L’ancien colonel Ezo’o Mvondo est reconnu, lui-aussi pour son professionnalisme à la tête de la BIM (Brigade d’infanterie motorisée) du Sud. Il va sans dire que le général Valère Nka, l’Attaché de défense au Haut-commissariat du Cameroun à Abuja, au Nigéria, connait bien les mentalités et les astuces des combattants de Boko Haram. Or qui connait l’ennemi a des chances de mieux l’affronter et de l’anéantir facilement. The right man at the right place… Les nouveaux généraux n’ont donc pas été choisis au hasard, ils travailleront avec les anciens, main dans la main, mais ils ont une mission de terrain. Souvenez-vous, Cinq pour l’enfer : mission difficile, mais mission pas impossible.

Par Ludovic Thabou Lomdji, géostratège.

Populaires cette semaine

To Top