Features

VIH : environ 170 Camerounais infectés chaque jour

VIH-SIDA

Les données les plus récentes montrent qu’en 2014, la prévalence du VIH est de 4,0%. La région du Sud est la plus touchée. Selon le rapport du comité national de lutte contre le sida, en 2014, les nouvelles infections à Vih au Cameroun étaient estimées à 58 630, ce qui représente en moyenne de 161 contaminations par jour, soit environ 07 nouvelles personnes infectées toutes les heures.

Les enfants de moins de 05 ans (15%), les jeunes de 20-24 ans (20%), et leurs ainés de 25-29 ans (19%) regroupent plus de la moitié de ces nouvelles infections (54%). En outre, dans la quasi-totalité des groupes d’âge à l’exception des enfants de moins de 5 ans, les nouvelles personnes infectées en 2014 ont été d’avantage des femmes que des hommes.

Les préjugés sur cette maladie sont aussi dans une tendance baissière. Les Camerounais ne sont plus réfractaires au dépistage. Les résultats obtenus en 2014 révèlent une nette amélioration de l’offre et de la demande de dépistage par rapport à 2013. On a ainsi noté une augmentation des personnes dépistées de 34% entre les deux dernières années. Ce résultat est la meilleure performance obtenue depuis 2007. Parmi les 723 096 personnes testées au Cameroun en 2014, 32 095 ont été déclarées positives sur les 667 770 personnes dont le statut a été rapporté, soit un taux de séropositivité de 4,8%. Le Cameroun ambitionne aussi d’améliorer la prise en charge de personnes vivantes avec le Vih. Le plan stratégique 2014-2017 dans ce secteur ambitionne de porter à plus de 95% la survie à 12 mois des Pvvih.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Les principales stratégies préconisées à cet effet sont entre autres l’extension des structures de Pec (adultes et enfants), la mise à disposition des intrants (Arv, Mio, etc.), le renforcement du suivi des Pvvih, le renforcement des capacités de toutes les parties prenantes , la recherche active des perdus de vue (enfants et adultes),le renforcement de la disponibilité en équipements de laboratoire, la création d’un cadre de concertation avec les prestataires de thérapies alternatives, le renforcement du système de Gestion des Approvisionnements et des Stocks (Gas), l’intégration de l’offre de services Tb, hépatites, mères co-infectées Vih/hépatites, nutrition dans le package Vih.

© Le Jour : Younoussa Ben Moussa

Populaires cette semaine

To Top