Features

Vie et mort de Louis Bapès Bapès

Louis-Bapès-Bapès-TCS

L’ancien ministre des Enseignements secondaires est décédé aux premières heures du vendredi 5 février, des suites de maladie. Il aura eu 73 printemps, avant de s’en aller vendredi 5 février vers 2h du matin, à l’Hôpital général de Yaoundé.

C’est ici que Louis Bapès Bapès, ancien ministre des Enseignements secondaires, a perdu la lutte contre la maladie. Il y était interné depuis mardi le 2 février. Son état de santé était devenu inquiétant ces derniers jours. Comme l’a confié un de ses proches rencontré au domicile du disparu sis au quartier Etoa-Meki à Yaoundé, « il a d’abord été conduit à l’Hôpital central de Yaoundé, avant d’être envoyé à l’Hôpital général. Il a finalement succombé à une anémie rebelle et sévère. »

Louis Bapès Bapès tire ainsi sa révérence. En octobre dernier, il quittait le Minesec à la tête duquel il a passé plus d’une décennie. La carrière dans l’administration de l’ingénieur des ponts et chaussées de formation, diplômé d’une école aux Etats-Unis, a été marquée par les 34 ans à la Direction générale de la Mission d’aménagement et de gestion des zones industrielles (Magzi). Vie politique oui, mais aussi vie sportive. Louis Bapès Bapès est un ancien footballeur et dirigeant du Tonnerre Kalara Club (TKC) de Yaoundé. Alors qu’il quitte le gouvernement lors du réaménagement d’octobre 2015, l’ancien Minesec va faire la Une de l’actualité, de par ses démêlés avec la justice. En effet, il était visé par une enquête du Tribunal criminel spécial (TCS) pour détournements de deniers publics.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Louis Bapès Bapès était affaibli par la maladie. Ce qui avait entraîné la non-tenue de la première audience dans l’affaire qui l’a conduit devant le TCS, le 15 janvier dernier. Déjà, ses conseils évoquaient son état de santé alarmant pour expliquer son absence. Toujours dans le cadre de cette enquête, il avait été placé en détention préventive à la prison centrale de Kondengui, sans avoir été démis de ses fonctions de ministre, le 1er avril 2014, puis libéré 24 heures plus tard sur décision du chef de l’Etat. Louis Bapès Bapès s’en va, laissant une veuve et trois enfants.

Sources : Cameroon-tribune

Populaires cette semaine

To Top