Features

Vidéo: Paul Biya s’exprime sur la libération de Michel Thierry Atangana

président-arrivee_paul_et_chantal.biya_a_buea_feat

Interpellé par Charles Ndongo après l’inauguration du monument, il indique que cette mesure vise à renforcer l’unité nationale.

«C’est un monument qui symbolise la puissance, le dynamisme de la croissance, la diversité culturelle et l’émergence de notre pays», ainsi a réagi le Président de l’association des ingénieurs de l’Ecole polytechnique de Yaoundé au micro de la Crtv. Mais bien avant cela, soit quelques instants avant de remonter dans sa limousine, le Chef de l’Etat qui venait d’inaugurer le monument de la Réunification du Buea, a tenu à répondre aux questions du reporter de la Crtv, Charles Ndongo, le Directeur de l’information. A propos du monument, Paul Biya indique

«que l’édifice a été construit à la mesure de la célébration de l’indépendance et la réunification».

Mais, poursuit le Chef de l’Etat au sujet des commutations de peines signées le 18 février et qui ont donné lieu l’élargissement de prisonniers célèbres à l’instar de Miche Thierry Atangana,

«la vraie célébration se vit dans les cœurs ; notre souhait est que les Camerounais se sentent tous aimer (…)

Aussi Paul Biya ne manque-t-il pas de souligner que

«cela a été fait afin de renforcer l’unité nationale dans notre pays et au sein des familles. Car, c’est un moment important de notre histoire. Et nous nous devons de le célébrer dans la joie».

Une joie qui ne sera malheureusement pas partagée par ceux des prisonniers s’étant pourvus en cassation et qui auraient pu bénéficier de ce geste de magnanimité du Chef de l’Etat. Toute chose qui va contribuer à baisser la pression de la communauté internationale et notamment de la France ainsi que des associations de défense des droits de l’Homme sur le Chef de l’Etat. Dans le même temps, Ondo Ndong, Gilles Roger Belinga et Engo Pierre Désiré ont eux aussi vu leurs peines être réduites à 10 ans.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pour ce qui est du monument en lui-même, c’est à 11h 10, ce mercredi 19 février 2014 que le cortège présidentiel traverse la haie d’honneur érigée par les étudiants de l’Institut national de la jeunesse et des sports (Injs) de Yaoundé, sous l’œil d’un groupe d’une cinquantaine d’handicapés venus eux aussi de Yaoundé pour vivre ce moment. Une fois sur le site, le Président de la République, accompagné de son épouse Chantal Biya, dévoile le massif central à relief du monument. Le public découvre alors le logo des cinquantenaires de l’indépendance et la réunification du Cameroun. C’est une image produite en fibre de verre épousant la forme du globe terrestre. Il pèse 2 tonnes et est entouré par dix pilonnes cylindriques aux tailles variées. Les plus petites étant hautes d’un mètre, et les plus grandes hautes de 7m. Leur poids total est de 10 tonnes. Tout le monument en béton est disposé sur une roche dont la superficie totale de 6000 m2.

A l’arrière de cet imposant édifice, se trouve une fresque artistique ainsi qu’une petite plaque contenant un extrait de la constitution du Cameroun. Sur ladite fresque, l’on découvre les visages d’une dizaine d’ancêtres représentants les quatre aires culturelles du Cameroun à savoir: les soudano sahéliens des régions du Nord, les Fang-Béti du Centre, Sud et Est, les Sawa du Littoral et Sud-ouest et les Grassfield de la région de l’Ouest et du Nord-ouest, La présentation technique dure une quinzaine de minutes. Par la suite, le Président de la République se dirige vers les populations qui exultent de joie. Elles qui n’avaient eu droit la veille qu’à un geste de la main du couple présidentiel, ont oublié cet épisode. Les groupent de danses traditionnelles s’y mêlent et c’est la grande communion au pied du Mont Cameroun, non loin des services du Gouverneur de la région du Sud-ouest. Et ce, malgré le dispositif sécuritaire mis en place par les éléments de la garde présidentielle. Les populations ont tenu à vivre cet instant.


ARISTIDE EKAMBI

Populaires cette semaine

To Top