Features

Victime d’arnaque au Lycée Joss de Douala, Abel Elimby Lobé écrit une lettre ouverte au Ministre des Enseignements Secondaires

elimbi_lobe_Lycée_Joss

Pour la certification des bulletins de notes et d’un certificat de scolarité au nom de son fils, Abel Elimby Lobé a été contraint à débourser de l’argent à la direction du Lycée Joss de Douala, un établissement public, alors que le même service est rendu gratuitement dans certains établissements privés.

Le problème d’Abel Elimby Lobé n’est pas le fait d’avoir été contraint de payer. L’homme politique réputé, cadre du SDF – le principal parti politique de l’opposition – s’insurge contre le refus catégorique de l’administration du Lycée Joss de lui délivrer une quittance attestant que l’argent encaissé est versé dans les caisses du Lycée.

Donc, face à cette opération qui ne laisse aucune trace comptable, l’élu, conseiller municipal de l’Arrondissement de Douala 5e, a adressé la lettre ouverte ci-dessous, au Ministre des Enseignements Secondaires pour l’exhorter «à œuvrer rapidement et énergiquement pour démanteler ce qui pourrait être un gisement de prélèvements financiers illicites que des entêtés du mal persistent à pratiquer malgré les engagements du Gouvernement dans la lutte contre la corruption».

Lettre ouverte d’Abel Elimby Lobé au Ministre Jean Ernets Massena Ngallé Bibehe

MONSIEUR NGALLE BIBEHE JEAN ERNEST MASSENA

MINISTRE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRES.

Monsieur le Ministre,

Ce matin du 11 mai 2016 au lycée Joss de Douala, l’élu local que je suis, a eu l’occasion de constater une fois de plus comment les impénitents de la corruption sapent les prétendus efforts d’assainissement des mœurs dans les services publics.

Je suis venu dans cet établissement, jadis prestigieux de notre pays, demander la certification de quatre photocopies des bulletins de notes et un certificat de scolarité de mon fils qui y est inscrit en classe de terminale et qui envisage de présenter le concours d’entrée à l’Université catholique St Jerôme de Douala. À la scolarité l’agent de service qui me reçoit, un certain Mohamadou, me demande de payer 1000 F pour le certificat de scolarité et 1000 F pour la certification de chacune des quatre photocopies des bulletins de notes des premier et deuxième trimestres de la classe de terminale soit un total de 5 000 F qu’il me fallait payer pour l’établissement d’un certificat de scolarité et la certification des photocopies des bulletins de notes d’un élève dudit lycée.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

J’accepte de payer et je demande la délivrance d’une quittance prouvant qu’il s’agit d’un encaissement de deniers publics. L’agent de service Mohamadou et le censeur dont il est le collaborateur direct, se refusent de m’établir une pièce à conviction indiquant qu’il s’agit d’une perception régulière de deniers publics. Je prends en outre acte de ce que la somme de 1000 F est exigée à tous les élèves qui demandent des certificats de scolarité, et qu’il ne leur est délivré aucun reçu de versement dans les caisses de l’agent comptable public affecté à cet établissement public.

Face à cette curieuse pratique administrative qui veut que de l’argent probablement indu est réclamé aux usagers du lycée Joss, sans production en contrepartie, de quittance de versement dans les caisses de cet établissement public, j’appelle votre autorité à regarder rapidement la légitimité de ces payements qui s’ajoutent aux frais de scolarité et autres frais d’APE, versés pour couvrir les charges du service public qui est rendu dans cet établissement et qui devrait inclure la délivrance d’un certificat de scolarité et la certification des copies des documents délivrés par le lycée lui-même.

Je dois dire que pour ce même enfant et pour le même dossier de concours, j’ai obtenu la certification des photocopies de ses bulletins de notes de la classe de seconde au collège LA CONQUÊTE à titre gracieux.

Quelle peut-être la destination de cet argent perçu au nom des instructions du proviseur, sans la moindre trace comptable et ceci pour un effectif de plusieurs milliers d’élèves?

Au nom du peuple camerounais dont vous êtes le serviteur et dont je suis l’un des représentants, je vous exhorte à œuvrer rapidement et énergiquement pour démanteler ce qui pourrait être un gisement de prélèvements financiers illicites que des entêtés du mal persistent à pratiquer malgré les engagements du gouvernement dans la lutte contre la corruption.

On parle aux gens, ils n’écoutent pas!

Abel Elimby Lobe

Populaires cette semaine

To Top