Features

Vers une nouvelle dévaluation du Franc CFA ?

Dévaluation-Franc CFA-Cameroun

L’information est à prendre très au sérieux lorsqu’elle vient de source officielle de la Côte d’Ivoire, moteur de l’économie ouest-africaine et actuellement dirigée par un bon élève du FMI. Au cours de sa conférence de presse tenue le vendredi 26 septembre 2014 à Abidjan, le ministre ivoirien du commerce, de l`artisanat et des PME, Jean Louis Billon, a donné les différentes orientations de son ministère. Il en ressort que la Côte d’Ivoire est le seul pays africain non pétrolier à présenter une balance commerciale positive et que ses dernières difficultés résident dans le franc CFA, la monnaie qu’elle utilise.

En effet, la monnaie africaine est arrimée à l’euro qui est très fort et qui pose un sérieux problème de compétitivité ivoirienne et/ou africaine : « Si vous êtes un entrepreneur et que vous devez emprunter à 15%, il y a un problème. Le Franc CFA est indexé à l’euro qui est fort. Au final, nous avons un Euro tropical qui s’appelle le Franc CFA qui est plus cher que toutes les monnaies que l’on peut acquérir ailleurs ».

Alors que d’autres ministres ivoiriens comme Mamadou Koulibaly, sous Laurent Gbagbo, tenaient le même discours et proposaient la souveraineté monétaire, Jean Louis Billon propose plutôt d’assouplir la monnaie et de rester dans la dépendance monétaire du Franc CFA : «Comme toute monnaie, le franc CFA est perfectible. Alors si on peut l’améliorer, il faut le faire. Car, indexé à l’euro, le franc CFA est trop fort. Il faut donc une flexibilité ». Le ministre ivoirien est clair : Il faut dévaluer le Franc CFA pour favoriser un développement plus rapide des pays concernés.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le ministre présente cette nécessité de « flexibilité » comme condition sine qua non pour améliorer le pouvoir d’achat : « cette reprise économique ne se traduit pas suffisamment en progrès social (…), la pauvreté frappe encore trop d’Ivoiriens confrontés à la vie chère (..), les chiffres de l’inflation, faible, démontrent que ce n’est pas tant la hausse des prix qui pose problème mais, le pouvoir d’achat des consommateurs ». Il faut donc dévaluer la monnaie pour augmenter le pouvoir d’achat.

Le Président Alassane Ouattara est un économiste du FMI. La dévaluation de 1994 avait eu lieu sous sa responsabilité au FMI. Au moment où il s’implique personnellement pour l’extension du Franc FCFA à toute la zone UEMOA (monnaie unique), il est à craindre que cela se passe avec la dévaluation de cette monnaie dans le but (théorique) d’augmenter le pouvoir d’achat des consommateurs et de favoriser l’investissement avec des taux d’emprunts plus faibles.

Si toutes les sensibilités économiques semblent d’accord sur le problème que pose le Franc CFA à l’économie africaine, le peuple devrait pouvoir décider s’il opte pour la souveraineté monétaire ou pour une nouvelle dévaluation du franc CFA. A noter qu’une dévaluation du FCFA suppose qu’on la monnaie reste toujours indexée à l’euro, c’est-à-dire à un TGV qui va continuer à trainer l’Afrique dans la boue.

© Correspondance de : Louis-Marie KAKDEU

Populaires cette semaine

To Top