Economie

Ventes aux enchères : Les conteneurs en transit pour le Tchad et de la RCA exemptés

douane-bangui-Tchad-au-port-de-Douala-Cameroun-conteneurs-Dédouanement

La recommandation est des Directeurs généraux des Douanes du Cameroun et de ces deux pays. Les patrons des Douanes du Tchad et de la République centrafricaine (RCA) sont certainement venus pêcher sur les rives du fleuve Wouri, de grosses crevettes. Et c’est vrai que l’une des principales recommandations qui ont sanctionné leur concertation de cinq jours avec leur homologue du Cameroun, le 21 août dernier à Douala est à leur avantage.

Les patrons des administrations douanières des trois pays ont en effet recommandé «l’exclusion de la procédure des ventes aux enchères publiques des conteneurs en transit pour le Tchad et la RCA». Pêche heureuse donc pour le Tchad et la RCA, en attendant de voir comment tous les acteurs de la chaîne, notamment les responsables du port de Douala, vont s’obliger à cette recommandation.

Un examen de la liste des résolutions issues de cette concertation initiée par la directrice générale des Douanes du Cameroun, Minette Libom Li Likeng, montre, en plus, que les motifs de satisfaction des patrons des administrations douanières du Tchad et de RCA étaient bien réels : libre circulation des produits du cru de la République centrafricaine et de la République du Tchad en territoire camerounais ; institution d’un cadre de concertation trimestrielle entre les experts des douanes de la République du Cameroun, de la République centrafricaine et de la République du Tchad sur tous les sujets d’intérêt commun ; allègement du système de cautionnement par la mise en oeuvre graduelle de la garantie globale ; mise en oeuvre graduelle des statuts d’expéditeur, de transporteur et de destinataire agréés ; accélération du processus d’interconnexion des Administrations douanières du Cameroun, de la RCA et du  Tchad ; mise en place des ports secs à Bélabo et à Ngaoundéré…

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La gibecière était bien fournie. Reste, comme pour la première recommandation, leur mise en oeuvre. Et il y a urgence dans ce chantier. L’environnement même qui a précédé cette concertation et l’a motivée est là pour en témoigner. Car c’est une crise, une énième, qui en a été l’accélérateur. Depuis plusieurs semaines en effet, des centaines de conteneurs dédouanés et en transit pour ces pays n’étaient pas sortis du port de Douala. La concertation de Douala avait pour but de lever cet obstacle particulièrement préjudiciable à l’économie du Tchad et de la RCA, et, à terme, de fluidifier les corridors Douala-Ndjamena et Douala-Bangui.

Populaires cette semaine

To Top