Features

L’État accusé de vendre des immeubles sans titre foncier

titre_foncier_logements_sociaux_olembe

La Société Immobilière du Cameroun (SIC) est l’une des plus vieilles sociétés en charge  de la mise en œuvre de la politique de l’habitat social. Cette société d’État, créée en 1952 est en délicatesse avec la loi dans les transactions de vente de ses logements, nous apprend Le Quotidien de l’Économie en kiosque jeudi 2 juin 2016.

Selon le témoignage de nombreux acquéreurs, aucun titre de propriété ne leur a jamais été délivré par la SIC alors qu’ils ont fini de payer leur crédit de logement depuis plusieurs années.

Face à cette situation enregistrée dans les cités SIC de Makepe à Douala,  à Nlongkak et Cité verte à Yaoundé, le ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières reste muet, souligne le journal. Par ailleurs, la MAETUR décline sa  responsabilité sur ce dossier, en invoquant ses missions statutaires qui consistent à aménager les sites.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

«Cela fait longtemps que la non-délivrance des titres de propriété sur le logement de la Sic est pendante. Mais le Gouvernement n’a pas encore voulu y trouver une  solution. Il n’y a que lui pour débloquer la situation», confie à notre confère un responsable de la MAETUR.

Par contre à la SIC, on renvoi systématiquement au ministère des Domaines, indique le quotidien. «C’est une négligence qui perdure et devient une faut, et si les autorités persistent, cela deviendra une bêtise. Czar ces terrains appartiennent bien à l’État qui a payé des indemnisations», confie une source.

Finalement, ça tourne ne rond. Au plus grand dam des «propriétaires». Or pour toutes transactions immobilières, le titre de propriété reste une pièce incontournable. Dans les banques par exemple, ce document est souvent utilisé comme garanti, une sorte de gage en cas de demande d’un crédit. Pour ne citer que ces exigences-là.

Lore E. Souhe

Populaires cette semaine

To Top