Actu'Décalée

Les usurpateurs de titres et fonctions sont de plus en plus ingénieux

Contrôle-supérieur-de-l’Etat-Henri-Eyebe-Ayissi-usurpateurs-de-titres-

De nombreuses personnes se font de plus en plus passer pour ce qu’elles ne sont pas aux fins d’extorquer de l’argent. En fin de semaine dernière, le ministre délégué à la présidence de la République chargé du Contrôle supérieur de l’Etat, Henri Eyebe Ayissi  a tiré la sonnette d’alarme sur un phénomène qui prend de plus en plus de l’ampleur dans nos villes.

Il s’agit de l’usurpation de titre, tentative d’escroquerie et extorsion d’argent auprès des personnalités publiques. Dans un communiqué de presse parvenu à notre Rédaction, il a fait part de ce que trois individus dont deux hommes et une femme ont été appréhendés dans ses services le 28 juillet dernier. Ces personnes ont été prises en fragrant délit d’usurpation de titre, de tentative d’escroquerie et d’extorsion d’argent auprès du délégué du gouvernement auprès de la Communauté urbaine de Bafoussam qu’ils ont joint par téléphone au motif d’un prétendu contrôle. Les mis en cause ont, par ailleurs, perpétré le même forfait à l’endroit d’autres personnalités publiques. « C’est une invite à connaître les visages de nos personnalités afin d’éviter les filets des arnaqueurs », explique un haut responsable. « Chaque administration doit disposer d’un numéro vert permettant  de vérifier les titres de leurs différents responsables y compris dans les services déconcentrés », ajoute un autre.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Dans un autre registre, d’autres cas d’imposture d’identité sont légion. Le cas le plus récent remonte au mois de juin. Lors du concours d’entrée à l’Ecole nationale d’administration et de magistrature (Enam), une visite dans les salles d’examen au Lycée général Leclerc de Yaoundé a permis au directeur général, Linus Toussaint Mendzana, dans la salle 53 où composaient les candidats de la filière Administration du Trésor de dénicher un candidat peu ordinaire au nom de Sow Almany Ibrahima Sorry. Ce dernier a été attrapé et conduit au Secrétariat d’Etat à la défense (Sed), l’infortuné est passé aux aveux complets en déclarant qu’il a été payé pour composer à la place du véritable Sow Almany Ibrahima Sorry. Dans la même veine, l’on apprendra que le nommé Sow Almany Ibrahima Sorry aurait d’autres identités. Comme l’ont rapporté plusieurs médias au moment de son arrestation. Il se serait fait passer notamment passer pour Talba Mala Ibrahim Sorry, fils d’une personnalité.

Comme lui, d’autres se font pour les frères et fils de hautes personnalités tout en proposant des services voire des faveurs alléchantes à l’instar des prestations dans divers ministères ou l’admission des enfants dans des grandes écoles, moyennant des sommes d’argent faramineuses. Des actes qui ne vont pas sans conséquences pour les personnes dépouillées de leur argent, des images de hautes personnalités ternies. Des faits qui appellent à plus de vigilance. « Il faut toujours identifier ceux qui se présentent à vous. Exigez les cartes professionnelles et rapprochez-vous des instances de tutelle ou compétentes afin de vous rassurer de la profession d’un tiers », recommande un officier de police principal.

Sorèle GUEBEDIANG à BESSONG

Populaires cette semaine

To Top