Features

Unité nationale: L’opposition s’en prend à Biya

célibataires-kah-walla-Addec

Le président de la République est indexé par les partis politiques de l’opposition. Usurpation, destruction des rêves des nationalistes, mauvaise gouvernance etc. tout y passe.

La célébration de la fête de l’unité nationale draine à n’en point douter des discours multiples sur les avancées de l’unité entre les camerounais. Si le président du Mrc en a fait allusion dans ses propos, il s’est surtout attardé sur les fleurs jetées au président de la république dans la construction de ladite unité.  Une modification de l’histoire du Cameroun. «Ces célébrations furent l’occasion d’un travestissement des faits, d’une réécriture éhontée de l’histoire nationale, où l’on fit d’un homme qui n’était pas encore de retour au Cameroun en 1960 et n’avait donc pas encore intégré les structures de l’Etat à l’époque, l’«artisan de la Réunification», de la «vraie réunification», soutient Maurice Kamto.

Une usurpation qui devrait selon ce dernier revenir à des héros bien connus : «Un tel révisionnisme inspiré par l’idolâtrie, une telle ingratitude coupable et condamnable doivent choquer notre conscience au plus profond d’elle-même: nulle part je n’ai vu à Buea un portrait – même simplement en papier voué à la destruction rapide – d’Ahmadou Ahidjo qui en fut l’architecte et l’artisan, ni ceux de John Ngu Foncha, Solomon Tandeng Muna, Augustine Ngom Jua, Bernard Fonlon, Sultan Nji Moluh Seidou, et j’en passe et pas des moindres».

Si le MRC s’en prend au  président de la république, Le Cameroon people’s party  fait un bilan négatif de la construction de l’unité du pays. «Ce qui est arrivé, ce sont 54 ans de mauvaise gouvernance. 54 années qui nous ont coûté notre fierté et notre richesse en tant que nation, aussi bien que la prospérité que nous étions supposés léguer aux générations futures. 54 années de mal gouvernance par des dirigeants qui avaient la responsabilité de nous mener vers le rêve des nationalistes mais qui nous ont plutôt guidé sur les chemins tortueux», affirme la présidente nationale du Cpp Kah Walla. Des accusations qui se font chiffres à l’appui : «5 Camerounais sur 10, soit bien plus de 10 millions de Camerounais, n’ont pas accès à l’eau potable et à l’électricité.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

9 Camerounais sur 10, travaillent dans le secteur informel et vivent dans la précarité avec une insatisfaction par rapport aux efforts fournis au quotidien Notre football est devenu un objet de conflit permanent entre individus avec pour conséquence une dégradation de l’image du Cameroun dans le monde. Notre système éducatif ne peut plus produire des diplômés de qualité, qualifiés pour le monde du travail moderne». L’opposition camerounaise s’inscrit donc logiquement dans une construction d’un bilan dont le côté négatif est l’œuvre du régime au pouvoir.

Un régime qui accumule les erreurs selon  le Président national du Mouvement Camerounais Pour la Social-Démocratie, Vincent-Sosthène Fouda. Ce dernier met ainsi en avant dans son adresse à la nation l’inutilité de toutes les activités entourant la célébration du 43ème anniversaire de l’unité nationale : «C’est donc une erreur, de sortir les enfants, les collégiens de leur activité essentielle qui est l’apprentissage pour, pendant un mois les mettre dans la rue pour un défilé de quelques minutes. C’est une erreur de voir les partis politiques sortir de ce que le peuple attend d’eux pour enfermer le peuple dans un folklore politique dont la finalité est de maintenir la Nation tout entière dans l’ignorance et la dépendance vis-à-vis de la classe dominante. Notre travail est de forger la conscience collective».

Si les partis d’opposition sont unanimes  sur l’échec de la construction de l’unité nationale par le régime en place, ils le sont également sur l’espoir d’un Cameroun véritablement uni.

Ben Christy Moudio

Populaires cette semaine

To Top