Features

Une photo truquée de paul biya sur le site, une mallette de souveraineté volée, la présidence du cameroun est elle une passoire ?

site-présidence-photo-truquée-de-paul-biya-président

Au moment où les Camerounais attendent le président de la République sur le théâtre des opérations militaires contre les attaques de Boko Haram dans l’extrême nord, une actualité est venue focalisée l’attention.  Une photo truquée du chef de l’Etat s’inclinant devant les dépouilles des soldats morts dans l’Extrême-Nord  publiée sur le site Internet de la présidence.

Immédiatement retirée, elle a fait le tour des réseaux sociaux et fait l’objet des commentaires les plus controversés. Cependant que, le président de la République, pour des raisons que lui seul a la maitrise se la coule douce en occident. Devant une affaire qui touche au plus haut l’Etat du Cameroun, le silence de la présidence de la République devenait assourdissant. Comme il fallait s’y attendre, Issa Tchiroma, ministre de la communication et porte parole du gouvernement, s’est une fois de plus invité comme sauveur de causes.

La diversion de Tchiroma

Dans un communiqué lu sur les ondes de la CRTV mercredi 11 mars, il affirme que «Toute vérification faite, la fausse nouvelle attribuée au site officiel de la Présidence de la République, résulte d’un grossier montage photographique qui est l’offre d’un pirate informatique entré par effraction sur ledit site » Le ministre pointe ainsi un doigt accusateur sur les hackers qui utilisent leur  savoir-faire informatique pour nuire à la sécurité des données informatiques. Ce qui pour les spécialistes est un « Vœu d’incompétence » pour un site présidentiel qui se veut hautement filtrée et sécurisée. Issa Tchiroma parle de aussi de «  la volonté de porter atteinte à l’honneur et à la dignité du Chef de l’Etat, de nos forces de défense et de sécurité et de la nation camerounaise tout en entière » une autre diversion du ministre quand on sait que la mobilisation est totale contre les agressions de la nébuleuse Boko Haram contre le Cameroun.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le vol de la mallette présidentielle.

L’explication se trouve ailleurs. Dans les tripatouillages de ceux qui nous gouvernent et qui se trouvent  dans l’entourage du président de la république qui, il faut le préciser  constitue à lui seul une institution que les  collaborateurs autant que toutes les autres institutions ont le devoir de protéger. On se souvient qu’il y a de cela 7 ans une autre affaire similaire avait ébranlé l’opinion publique. Celle du vol de la mallette présidentielle. Le 18 septembre 2008  à l’hôtel Intercontinental de Genève. Paul Biya et sa suite sont sur le point de regagner New York pour assister à la 63e session de l’Assemblée générale des Nations unies. C’est à ce moment qu’on signale la disparition de mallette de Souveraineté du chef de l’Etat. Laquelle est retrouvée dans la chambre du lieutenant Luc Emane. Par la suite, « Le lieutenant Luc Emane, officier de l’armée de terre, est mis en retraite anticipée pour faute grave contre la discipline et faute contre l’honneur » Deux affaires et bien d’autres qui font croire que la présidence est loin d’être un  lieu de haute sécurité.

© Camer.be : BEN OWAY

Populaires cette semaine

To Top