Features

Une grève annoncée dans tous les hôpitaux publics lundi 1er juin 2015

grève-generale-des-travailleurs-hôpitaux publics

Les syndicats des personnels médico-sanitaires du Cameroun réagissent ainsi au silence du gouvernement après le temps accordé pour l’examen de leurs doléances. Le 8 mai 2015, alors qu’une coalition de syndicats de personnels médico-sanitaires annonçait un arrêt de travail dans tous les hôpitaux publics du Cameroun le 11 mai 2015, le ministre de la Santé public, André Mama Fouda, avait convoqué une réunion de crise dans ses services pour examiner les doléances des hommes en blouse blanche.

Au terme de cette réunion, les syndicalistes avaient décidé de suspendre leur mot d’ordre de grève. Il était question que les négociations se poursuivent. Le gouvernement avait ainsi obtenu un délai de 15 jours pour examiner toutes les réclamations formulées.

Les 15 jours étant écoulés, et au cours des trois réunions que le ministre de la Santé a présidé dans les locaux abritant ses services, aucune solution n’a été trouvée. Sylvain Nga Onana, le président du Syndicat national des personnels des établissements du secteur de la santé du Cameroun (Cap/santé), affirme d’ailleurs qu’au cours de ces trois séances de travail avec le ministre de la Santé, « le gouvernement n’a pas été capable de résoudre un seul problème. Nous avons décidé de réactiver notre préavis pour lundi prochain parce qu’on reste toujours sur le dilatoire ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le mot d’ordre de grève a été relancé jeudi. Le document qui a déjà été acheminé dans plusieurs ministères annonce une perturbation du service dès lundi 1er juin dans tous les hôpitaux publics du Cameroun. Parmi les exigences des Syndicats des personnels médico-sanitaires figurent entre autres la prise en charge des personnels de santé malades et de leur famille nucléaire. Ils dénoncent également la distribution discriminatoire des primes et autres quotes-parts, l’effectifs insuffisant du personnel soignant dans les hôpitaux, le mauvais classement professionnel dont certains font l’objet ainsi que la non harmonisation de l’âge de départ à la retraite.

Une source au sein du ministère de la Santé publique indique que si les solutions aux problèmes des personnels médico-sanitaires tardent à être trouvés, c’est parce que les doléances relèvent des compétences d’au moins quatre départements ministériels à savoir : la Santé, le Travail et la sécurité sociale, la Fonction publique et la réforme administrative, et les Finances.

Une pareille grève avait déjà eue lieu le 21 avril 2014 autour des mêmes revendications. Comme début de solution, le Ministre de la Santé et les syndicats avaient convenu de la création d’une mutuelle, qui sera représenté sur le territoire national. Un an après, le projet semble s’être évanouie après les débats.

Onana N. Aaron

Populaires cette semaine

To Top