Features

Une fillette de 14 ans violée par son père pendant 5 ans

Jeune-Fille-femme-violée-viol-violeur

La petite fille en classe de 5ème au lycée de Dibombari serait partie de la maison familiale, après avoir été menacée de mort par son géniteur. «C’était une nuit, je dormais. Je suis réveillée par mon père qui me dit : on joue. Je lui dis que c’est la nuit et j’ai classe demain, qu’on pourra jouer demain à mon retour des classes. J’étais couchée sur le ventre. Subitement, mon père me retourne, me tient fortement les mains et m’immobilise sur le lit. Et après avoir fini son acte, il m’a dit que si j’en parlais à quelqu’un, il me frappera. Et comme j’avais peur de la bastonnade, je n’ai rien dit. Et mon père l’a refait plusieurs fois». Voici comment Mariatou (nom d’emprunt) âgée de 9 ans au moment des faits a perdu sa virginité.

La petite fille, actuellement âgée de 14 ans, soutient avoir été victime des assauts sexuels répétés de son père pendant 5 ans. Des traces de bastonnade sont visibles sur ses membres supérieurs, sur ses pieds et même sur ses cuisses. Rencontré il y a quelques semaines à Douala, la fillette raconte qu’elle vit seule avec son père depuis le départ de la mère alors qu’elle avait 5 ans.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Sur les raisons de sa fugue pour Douala, le 28 mars dernier, la fille indique que son père l’a commissionné. «Sur le chemin de retour, je rencontre un ami qui, surpris de me retrouver là à pareille heure, se propose de m’accompagner à la maison. Quelques temps après, j’ai eu envie de me mettre à l’aise et je lui ai demandé d’avancer. Mon père est apparu et l’a frappé. Puis, il m’a saisi et m’a copieusement tapé. Il m’accusait de sortir avec ce garçon. Il m’a appuyé le cou et m’a roué de coups», raconte-t-elle. Selon la fille, une fois revenue à la maison elle a été mise à nue et a été rouée de coups.

Contacté, le père qui avoue avoir fouetté sa fille nie toutefois avoir abusé d’elle. «C’est inadmissible que je paie l’école à l’enfant et elle va chercher les hommes. Le 28 mars, je la commissionne et elle rentre à 21h, elle était avec les hommes. Je ne sais pas si on la maudit. Je voulais l’envoyer au village. Mais, elle s’est enfuie. Je l’ai battu, mais, je n’ai pas abusé d’elle», se défend Arouna, le père de la fille dont les examens médicaux et un test de grossesse, ainsi que l’échographie effectués à Douala ont révélé qu’elle est enceinte.

Blaise Djouokep

Populaires cette semaine

To Top