Actu'Décalée

Une dizaine de personnes soupçonnées de crimes rituels arrêtées à Dschang

Dschang

Elles ont été arrêtées et écrouées le 21 août dernier à la prison de Dschang. Une vingtaine d’hommes d’affaires serait impliquée. Le dernier crime rituel commis dans la ville de Dschang remonte au 3 août 2015.

La petite Oriol Fotso âgée de 5 ans était retrouvée assassinée et pendue près d’une fosse dans un immeuble en construction au quartier Tchoualé. Ce dernier acte odieux venait   s’ajouter à la longue liste d’assassinats qui se sont multipliés dans le chef-lieu du département  de la Menoua ces dernières semaines.

Selon le quotidien La Nouvelle Expression de ce lundi 24 août 2015, la mort de Oriol Fotso a accéléré les enquêtes. «  Un certain Gildas Wamba, menuisier de profession  aperçu  dans la journée avec l’enfant décédé est immédiatement pointé du doigt comme principal suspect de ce crime odieux. Les enquêtes permettront de le retrouver dans un centre de santé de la ville de Dschang au chevet de son épouse qui venait d’accoucher par  césarienne ».

Conduit à la police, il passera aux aveux en indiquant que « l’assassinat de cet enfant était conforme aux exigences rituelles d’une réunion dont faisait partie son père, Eric Mekountchou. Ce que ce dernier va tenter de nier en bloc. Dans la suite des investigations, les enquêteurs auraient  donc trouvé cette version plausible. D’autant plus que Gildas Wamba aurait donné les noms de tous ceux qui font partie de  cette secte », rapporte le journal.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Ils sont pour la plus part des hommes d’affaires prospères bien connu dans la ville de Dschang. D’après le journal, après plusieurs jours d’audition, les enquêteurs auraient finalement trouvé des éléments les  accablant. Le 21 août 2015, certains ont été arrêtés puis écroués à la prison de Dschang, sous ordre du procureur de la République. Il s’agit d’un grand commerçant spécialisé dans l’alimentation, d’un autre spécialisé dans la vente des liqueurs, d’un propriétaire de quincaillerie, d’un câblodistributeur, d’un commerçant spécialisé dans la vente des appareils électroniques, d’un promoteur d’agence de voyage et de son chef d’agence.

Selon des sources du journal « les deux derniers ont été libérés sous caution. Dans la prison séjournaient déjà l’auteur présumé du dernier crime et le père de l’enfant assassiné ». D’après la même source « la traque de la police devrait se poursuivre. Car sur la liste des personnes dénoncées, il y aurait une vingtaine de noms essentiellement des hommes d’affaires ».

Béatrice Kazé

Populaires cette semaine

To Top