Features

Une centaine d’assaillants tués lors d’une attaque de Boko Haram

boko-haram-Cameroun-camer24-déserteurs

Un soldat camerounais et plus d’ une centaine d’assaillants ont été tués lors d’une attaque présumée de la secte islamiste nigériane Boko Haram survenue samedi matin à Kerawa,une localité de la région de l’Extrême-Nord du Cameroun proche de la frontière avec le Nigeria, ont confirmé à Xinhua des sources sécuritaires camerounaises en service dans cette zone.

« Boko Haram a attaqué Kerawa ce matin aux environs de 03h00 heure locale (02h00 GMT). Ils ont été repoussés après de violents combats au cours duquel un élément du BIR (Bataillon d’ intervention rapide, unité d’élite de l’armée camerounaise) a été tué, contre plus d’une centaine d’assaillants », a révélé une de ces sources au sein des forces de défense et de sécurité camerounaises.

Aucune revendication n’a pour l’heure été enregistrée de la part de la secte islamiste nigériane, ni aucune déclaration officielle camerounaises non plus au sujet de cette attaque.

Kerawa est une localité proche de celle de Waza, qui abrite un parc national où avaient été enlevés après une attaque violente le 16 mai 10 ouvriers chinois d’un chantier routier de la région, des otages libérés le 9 octobre au même moment que 12 Camerounais parmi lesquels l’épouse d’un membre du gouvernement kidnappés quant à eux deux mois après.

Ces derniers temps, des informations émanant des services de sécurité camerounais mentionnaient le nom de Waza dans une liste de localités camerounaises visées par des attaques de Boko Haram, qui ne cesse d’étendre son contrôle sur le nord-est nigérian. Fotokol, Mora et Garoua (principale ville de la région du Nord) en font aussi partie.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Les gens-là veulent attaquer par l’eau en passant par Darack ( dans le lac Tchad, NDLR). Une réunion se tient en ce moment », a confié samedi soir à Xinhua une source sécuritaire dans l’Extrême- Nord.

L’une des plus sanglantes depuis que Boko Haram a fait son apparition au Cameroun à travers l’enlèvement d’une famille française (Moulin-Fournier) début 2013, 8 soldats camerounais issus du BIR ont été tués et 11 autres blessés précédemment dans une attaque menée par plus d’un millier de combattants islamistes les 15 et 16 octobre à Amchidé et Limani, autres localités de l’ Extrême-Nord frontalières du Nigeria, selon des sources militaires faisant état d’environ 225 assaillants tués.

Lors de cette attaque, l’armée camerounaise avait réussi à détruire un des trois chars à chenille utilisés par ces combattants, ainsi que deux véhicules pick-up, tandis qu’un autre de marque 504 bourré d’explosifs avait explosé après avoir percuté un arbre, à en croire ces sources.

Depuis lors, les autorités camerounaises ont envoyé de nouveaux renforts dans la région pour enrayer la menace terroriste. Après un contingent de 250 artilleurs lourdement équipés arrivé le 24 octobre, un bataillon de 300 marins a débarqué vendredi à Maroua, principale ville de l’Extrême-Nord, pour appuyer une opération visant à boucler le territoire national.

© Source : Xinhua

Populaires cette semaine

To Top