Actu'Décalée

Un policier accusé de collusion avec Boko Haram à Maroua

Ngaoundéré-adolescents-gang-braqueurs-coupeurs-arrêtés-malfrats-détenu-Boko-haram-interpellées-Arnaque

Le chef de poste d’identification de Balaza entre les mains de la justice a Maroua. Encore un policier dans les mailles de la justice. L’inspecteur de police principal Abdoulaye Farikou, chef de poste d’identification du canton de Balaza, dans l’arrondissement de Maroua 3, a été interpellé à son domicile dans la matinée du 30 janvier 2015 par des éléments du commissariat central de Maroua sur instruction du procureur de la République.

Selon des sources policières, et en attendant que la justice fasse la lumière sur cette affaire, le flic est soupçonné d’avoir facilité la délivrance de la carte nationale d’identité à des membres de la secte Boko Haram. L’affaire fait en tout cas des vagues dans les milieux de la police à Maroua. En témoigne cet échange houleux enregistré le 07 février 2015 à la délégation régionale de la Sureté de l’Extrême- Nord entre le chef de l’unité de contrôle des services, le commissaire principal Guimbouss, et le commissaire principal Hayam Martin, patron du commissariat de police principal.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Selon nos informations, Abdoulaye Farikou devrait être transféré dans la journée du 12 février 2015 soit à la prison de Kaélé, soit à celle de Yagoua. En dépit des succès enregistrés par la police dans la lutte contre Boko Haram, il reste que ce corps est infiltré par la secte en raison de la corruption endémique qui sévie dans ses rangs. Avant Abdoulaye Farikou, le dernier policier à avoir été interpellé est le gardien de la paix principal Alhadji Ibrahim. Arrêté par les éléments du Bataillon d’intervention rapide (BIR) à Mora, le 23 décembre 2014 et transféré par la suite à Yaoundé, de lourds soupçons pesaient sur lui.

L’Oeil du Sahel

Populaires cette semaine

To Top