Features

Un malfrat brûlé vif à Douala Ndogpassi

Douala-Bonapriso-emergence-pollution-camer24

Alain Nguedi, Un malfrat a cambriolé un domicile dimanche 10 août au quartier Ndogpassi III a Douala.

Les bras pliés, les yeux ouverts, un corps similaire à du charbon, c’est ce qui reste d’Alain Nguedi, 42 ans, marié et père de trois enfants. Alain et son gang constitué de trois malfrats ont fait irruption dans le domicile de Delphine Billowa au quartier Ndogpassi III à 2 heures ce dimanche 10 août 2014. Armés de fusils traditionnels et de poignards, ils ont molesté les enfants et ont emporté la somme de 200 000 F.Cfa, deux laptops et deux téléphones portables. « J’ai entendu un coup de pieds sur la porte central du salon.

J’ai jeté un coup d’oeil du haut de ma fenêtre et je me suis rendue compte que la barrière était grandement ouverte. Ils ont défoncé la serrure de ma chambre et m’ont demandé de leur donner de l’argent et mes deux téléphones portables», relate Delphine toute effrayée. « J’ai gardé le silence jusqu’à ce qu’ils sortent tous de la barrière. Je me suis alors lancé à leurs trousses en criant ‘oh voleur’ », raconte le vigile de la maison.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Alain Nguedi, a été rattrapé en possession d’un laptop par les habitants en colère, armés de machettes et de lattes. Il a été lynché avant d’être brulé vif par la population. « Nous sommes agressés tous les jours. J’espère que la manière dont nous avons tué ce bandit servira de leçon aux autres » explique un habitant du quartier Ndogpassi. Les autres membres du gang ont réussi à s’enfuir.

Au moment où nous quittions les lieux, la femme du braqueur brûlé vif était en pleurs. « Tous les soirs, il me laisse seule à la maison avec les enfants en me disant qu’il part au travail. Il revient à 6 h. Que dirais- je aux enfants et à ma famille ? », s’interroge-t-elle.

© Le Jour : Mercides Sokoudjou

Populaires cette semaine

To Top