Features

Un grave incendie à la prison centrale de Douala fait plusieurs blessés

incendie_marché_Kousseri

Ce dimanche matin 13 septembre 2015, rien d’anormal à noter autour de l’enceinte de la prison centrale de Douala New-bell. Comme toujours, il y a du monde qui vaque à ses occupations sur les quatre cotés des vielles installations du pénitencier situé en plein marché. Comme tous les dimanches, des familles en rang devant l’entrée de la prison, sont venues rendre visite à leurs proches incarcérés.

Cet environnement paisible tranche avec l’ambiance surchauffée vécue la veille samedi 12 septembre 2015. Un grave incendie survenu à l’intérieur de la prison autour de 18h a amené les forces de l’ordre à évacuer les populations environnantes, et à fermer les commerces.

L’Incendie – 12/09/2015
Photo: (c) Cameroon-Info.Net

Selon une source au sein de l’administration pénitentiaire, le feu serait parti d’une cuisine au quartier féminin, puis a brûlé jusqu’au quartier Texas où sont incarcérés des criminels. «Les détenus ont commencé eux mêmes à combattre le feu avant l’arrivée des sapeurs pompiers. Le feu a été éteint vers 20 heures. Seuls les quartiers Régime, Texas, des Femmes et une partie du bloc administratif ont été touchés» indique un gardien de prison en service au sein du pénitencier de Douala. Le bilan communiqué ce dimanche matin par le régisseur de la prison centrale de Douala, fait état de quatre détenus grièvement blessés au second degrés et deux sapeurs pompiers également blessés. «Nous sommes surpris de lire n’importe quoi sur internet. Retenez que, jusqu’à preuve du contraire, aucun prisonnier n’est mort et personne ne s’est évadé» a déclaré Mintsang Engongang, patron de la prison centrale de New-Bell.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Apres l’incendie – Ce matin du dimanche 13/09/2015
Photo: (c) Cameroon-Info.Net

Depuis hier Samedi nuit, 700 détenus sont sans abris. Leurs cellules ont été sinistrées. Ainsi, cet incendie a remis au gout du jour, le problème de la surpopulation de cette prison initialement construite pour 700 détenus et qui en compte aujourd’hui plus de 4000.

Au mois d’août dernier lors d’un Conseil de cabinet, Laurent Esso, le ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des sceaux, avait annoncé un vaste programme de construction de nouvelles prisons ou d’extension des dix prisons centrales que compte le Cameroun.

Adeline ATANGANA

Populaires cette semaine

To Top