Actu'Décalée

Un garagiste assassiné à Bertoua

Havas-mort-dans-la-piscine-présumé-voleur-corps-morgue-Bikoko

Marcel Boukesse, 63 ans, propriétaire d’un garage modeste, a été retrouvé mort dans sa chambre, le 11 mai 2015. Des hommes sans foi ni loi ont encore fait parler d’eux dans la ville de Bertoua, dans la nuit du 10 au 11 mai. Armés de couteaux et de poignards, ces hommes sans scrupule ont lâchement hotté la vie à Marcel Boukesse, 63 ans, propriétaire d’un garage dans la ville. C’est dans sa résidence de Mokolo 1, au cœur de la ville, que ces criminels ont perpétré leur ignoble forfait, à l’aide de poignards, de couteaux et autres objets tranchants, que la police a pu récupérer après l’acte.

Au vu du choc de violence subi par l’infortuné,  tout porte à croire, que c’était un acte délibéré, bien planifié. Marcel Boukesse, propriétaire d’un garage qui emploie quelques mécaniciens à Mokolo 1, ne vit plus avec sa famille depuis peu. Ses assassins ont fait irruption dans sa maison. Ils l’ont tenu en respect, ligoté par un tissu blanc, avant d’être criblés de coups de poignards. Le couteau est passé partout. La tête, le dos, le ventre, l’abdomen… L’image est horrible. Marcel s’est vidé de son sang, avant de rendre l’âme. L’intérieur de la maison a subi, dans la foulée, une fouille systématique. Une fois le forfait commis, ces brigands ont pris la clé des champs. Abandonnant la voiture du mécanicien peut-être parce qu’ils n’avaient trouvé la clé.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

C’est la nièce de la victime qui fait la triste découverte, le lundi soir. Lorsqu’elle a résolue de rendre la visite à son oncle, elle est accueillie par un silence. Très vite, elle court au lieu de service de Marcel Boukesse, au garage non loin de là. Ici, elle ne voit pas non plus son oncle. De retour à la maison, elle jette un coup d’œil par la fenêtre, c’est là qu’elle voie l’horrible. Le corps d’un homme sans vie, baignant dans une mare de sang, gît au lit.

La famille est alors alertée. La police aussi. Sur le lieu du drame, le procureur de la république, un médecin légiste et de nombreux riverains qui s’interrogent toujours sur le mobile de cet odieux acte. Une fois le constat fait, le corps de Marcel Boukesse, né en 1952 à Bertoua, a été déposé à la morgue de l’hôpital régional de Bertoua.  Vivement que l’enquête ouverte à la police judiciaire débusque ces malfrats qui courent toujours.

Pierre CHEMETE

Populaires cette semaine

To Top