Features

Un faux commissaire dans les filets de la police

commissaire-police-camerounaise-au-service-policier-boko-haram-salaires

Pierre Brice TIAKO a été appréhendé ce jeudi matin par des éléments du Commissariat central numéro 4 de la ville de Yaoundé. La police judiciaire a accueilli un hôte particulier ce 07 mai 2015. il a l’air d’un policier, la tenue, le pistolet automatique, la carte professionnelle et les galons d’un commissaire de police. Mais dans ce cas, sans doute plus que dans d’autres, les apparences sont trompeuses. Les armes qu’il arbore fièrement sont de vulgaires jouets en plastique, souvent complètement hors d’usage. Face à la presse, le commissaire de pacotille ancien vendeur de téléphone de seconde main assume sans gêne l’imposture dont on l’accuse.

J’ai laissé le [business du] téléphone avant de me mettre en tenue. J’ai beaucoup aimé le corps de la police à travers des connaissances que je côtoyais, si bien que c’est par leur canal et par rapport à certaines choses que j’ai pris l’initiative de me faire confectionner une tenue. Les circonstances de l’interpellation de ce faux-officier de police rendent compte de la manière avec laquelle il a décidé d’user de la fonction de commissaire de police. Un chèque en blanc pour mener la vie dure aux honnêtes citoyens tout en se remplissant les poches avec le minimum d’effort.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La spécialité de Pierre brice TiAKO, c’est l’escroquerie à travers l’usurpation de titre et de fonction. il s’en défend malgré tout et n’hésite pas à se présenter comme un rectificateur de tords. Pourtant, l’essentiel du travail du commissaire de fortune a jusqu’ici été et de ses propres aveux de résoudre des problèmes relatifs au contrôle des automobilistes à qui il manquerait quelques pièces règlementaires. La raison ? L’homme en exploitation dans les locaux de la police judiciaire affirme qu’il n’a jamais touché un franc pour les services qu’il rendait. Une version peu crédible selon des sources policières.

Le présumé escroc a été appréhendé après une banale dispute dans une agence de voyage. La curiosité de son comportement interpelle les agents du commissariat central numéro 4 de yaoundé – Nkomo. Ceux-ci saisissent immédiatement la Division spéciale du contrôle des services (NDLR Police des polices). L’arrivée sur le terrain du chef de la brigade de contrôle des services, le commissaire Fonkwa Nikem permet de découvrir la supercherie. La carte professionnelle que brandit l’actuel prévenu est fausse et est estampillée d’une signature infidèle du délégué général à la sûreté nationale.

L’enquête a été confiée au directeur de la police judiciaire par Martin Mbarga Nguele qui a été saisi très tôt de cette affaire d’usurpation présumée de titres. L’objectif est de démanteler l’éventuel réseau interne sur lequel se serait appuyé pendant deux ans, le faux commissaire actuellement en garde à vue.

William Bayiha

Populaires cette semaine

To Top