Features

Un colonel bastonne une policière à Douala

colonel-cameroun

Après avoir perturbé la circulation, le colonel Paul Charles Ndjebel n’a pas supporté les réprimandes.

Une policière en service au commissariat de sécurité publique du 10ème arrondissement de Douala a été copieusement bastonnée par le colonel Paul Charles Ndjebel, par ailleurs directeur adjoint des domaines et infrastructures au ministère de la Défense, mardi 30 septembre 2014. La scène s’est déroulée au lieu-dit carrefour Citadelle au quartier Ndogbong. L’inspecteur de police principal, Julienne Bebock, régulait la circulation lorsqu’elle a été prise à partie par le militaire qui était sorti du rang formé par les voitures.

Elle s’en sort avec le visage défiguré et des galons enlevés de son uniforme. Le 1er adjoint du commissaire du 10ème arrondissement, venu s’enquérir de la situation, s’en sort, lui, avec un uniforme froissé et un bouton en moins sur le veston. Selon des témoignages, tout a commencé à 6 h 45 minutes au carrefour Citadelle, un endroit jonché des nids de poule. Deux rangs de voitures sont formés : ceux qui vont vers le carrefour Ndokoti et dans le sens inverse. Julienne Bebock y régule la circulation lorsque soudain, une voiture sort du rang et s’avance.

Elle se met sur son chemin et lui demande de rejoindre le rang. Paul Charles Ndjebel, conducteur de ladite voiture, refuse d’obtempérer. « La circulation est paralysée. Il est sorti de son véhicule et s’est mis à gifler la policière en lui disant qu’il était un colonel, raconte un témoin de la scène. Il a ensuite enlevé ses galons qu’il a jetés ». Prise de panique, Julienne Bebock sort son téléphone pour prévenir ses supérieurs. « Le colonel le lui a arraché des mains. Il l’a jeté dans sa voiture. Il a démarré et s’est enfui », relate un autre témoin.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Des conducteurs de moto taxi se chargent d’aller avertir le commissariat. Certains se mettent à la poursuite du colonel qui s’engage dans une course folle dans les rues du quartier. Il est stoppé non loin du cimetière de Ndogbong par un camion. Le 1er adjoint au commissaire et d’autres policiers les rejoignent. Paul Charles Ndjebel refuse de se présenter aux « civils en tenue ». Il reste dans son véhicule. « Le 1er adjoint au commissaire a arraché les clés du contact car le militaire menaçait de foncer droit sur nous.

C’est à ce moment qu’il est sorti de sa voiture et l’a cravaté. Le 1er adjoint a perdu un bouton de son uniforme. Le commissaire est arrivé et le militaire a toujours refusé de se présenter », explique une source policière. Ce n’est qu’à l’arrivée du commandant de la brigade territoriale de Ndogbong, descendu sur les lieux pour s’enquérir de la situation, que Paul Charles Ndjebel se présente comme un colonel, capitaine de vaisseau, et par ailleurs directeur adjoint des domaines et infrastructures au ministère de la Défense.

Le commandant de la compagnie de gendarmerie de Ndogbong et le sous-préfet de Douala 5ème, descendus également sur les lieux, persuadent le colonel Paul Charles Ndjebel d’aller « s’expliquer à la brigade ». La circulation est rétablie sur cette route aux environs de 10 heures, après quatre heures d’embouteillage. Une enquête a été ouverte.

© Le Jour : Josiane Kouagheu

Populaires cette semaine

To Top