Features

Un Centre hospitalier régional de référence pour bientot a Bafoussam

élèves_de_Bafoussam-homosexualité

Situé à Kouekong, à 11 km de Bafoussam, sur la route Bafoussam-Foumbot, le site devant accueillir dans les prochains mois le nouveau Centre hospitalier régional de Bafoussam est disponible. André Mama Fouda est allé s’en rassurer. « Mon passage ici est d’apprécier non seulement le terrain, mais sa disponibilité.

Je me rends compte que c’est un terrain qui est disponible parce qu’il n’y a pas de constructions. Il y a certes  des cultures… Nous réfléchissons en ce moment sur un programme global sur le territoire national. Et, chaque chef-lieu de région aura un centre hospitalier avec une spécificité », a-t-il laissé entendre au terme de sa visite.

Le Minsanté a également indiqué que les études du sol seront bientôt engagées : « Je me réjouis que ce site soit déjà disponible et très rapidement, la structure qui a été retenue avec le consortium bancaire devrait déjà engager les travaux d’appréciation de la structuration du sol, pour que les études puissent évoluer ».   

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La construction de ce centre hospitalier rentre dans la politique du gouvernement qui vise à améliorer les conditions de santé des populations, en dotant chaque région des structures de santé modernes et adéquates pour une meilleure prise en charge des malades. Sur les 10 ha disponibles à Kouekong, 5 ha vont servir à la construction du Centre hospitalier même, et les cinq autres vont accueillir des logements sociaux.

Le nouveau Centre hospitalier régional de Bafoussam viendra également relever le plateau technique sanitaire de la région. Avec un plateau technique amélioré, l’autre bataille que devra mener le ministère de la Santé publique repose sur l’attitude du corps médical. Ce dernier officiant dans l’accule hôpital régional est accusé de plusieurs maux par les usagers. Notamment : l’arrivée tardive des médecins, l’absentéisme abusif du personnel, problème de prise en charge et de réception des malades. Certains malades se plaignent aussi de subir les affres du rançonnement par des infirmiers, malgré le paiement des frais exigibles. Après Yaoundé, Douala, Garoua et Sangmelima, Bafoussam rentre dans la liste des villes camerounaises dotées d’un service sanitaire d’envergure.

Onana N. Aaron

Populaires cette semaine

To Top