Features

Un camion Hysacam écrase un agent de la Sacel à Yaoundé

Hysacam-Cameroun

Mme Simb Anne Marie, photographe au poste d’identification du commissariat du 7è arrondissement à Éfoulan, a trouvé la mort le 12 septembre 2014 à Nsam.

Il est 12 heures environ,  vendredi dernier, lorsque,  sous une chaleur accablante, Mme Simb Anne Marie, née Ngo Minlend, qui vient juste d’emprunter une «mototaxi» à destination de la station Tradex, est fauchée  par un camion de collecte des ordures ménagères de l’entreprise d’Hygiène et salubrité du Cameroun (Hysacam). Pourtant quelques heures plus tôt, précisément dans la matinée, Mme Simb,  femme sans histoires,  avait fait, d’une humeur dégagée, le tour des bureaux du commissariat du 7ème arrondissement où elle exerce depuis 11 ans au poste d’identification.

Ne sachant pas qu’elle leur faisait ses ultimes adieux, elle quitte le commissariat et regagne son domicile à Obobogo face hôtel Paloma. Requérant les services d’un conducteur de moto qui passait par-là, Dame Simb qui doit rejoindre les membres de son Association, s’arrête au carrefour Nsam après Escale, achète une palette de vin et, interpelle un nouveau conducteur qui doit la conduire à Tradex Barrière. La dame choisit de passer par la route  d’Obam-Ongola, plutôt que par Sofavinc et les 02 échangeurs.

A peine le conducteur fait-il  50 mètres, qu’il rencontre un camion d’Hysacam, bourré d’ordures ménagères. Le mastodonte rentre d’une collecte. Devant la moto, 03 voitures garées de part et d’autre : une  voiture de la Mirap,  une Peugeot et un tacot qui occupe le trottoir depuis des mois. La chaussée, se trouve rétrécie  et le chauffeur d’Hysacam dont le côté est occupé par la voiture mal garée de la Mirap, est privé de priorité. Il prend le côté des usagers du sens contraire. Le conducteur de moto qui lui aussi aurait pu se garer et attendre, effectue un dépassement insensé et passe devant une autre voiture qui elle, s’est  rangée sur le trottoir, ayant constaté  une chaussée réduite. Au croisement, un pan du kaba (tenue traditionnelle Sawa)  de Mme Simb  s’agrippe à un fer du camion. Le drame, sortit de l’imaginaire des films d’horreur, se produit. Anne marie est tirée vers les roues arrière du pachyderme.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Incapable de se relever, la pauvre dame qui est tombée assise, est broyée telle une pâte d’arachide. Sous la pression du camion,  elle explose comme un gigantesque ballon. L’image est insupportable, horrible et choquante. La foule nombreuse qui accourt, est sous le choc. Le chauffeur d’Hysacam s’est, quant à lui,  rendu paradoxalement au commissariat du 7è où travaillait la pauvre dame. Le conducteur de la moto, aux dernières nouvelles, reste introuvable. Le commissaire principal Richard Bikou, présent quelques minutes plus tard sur les lieux du drame, est abasourdi. «Samedi matin, Mme Simb est venue tous nous dire au revoir. Elle allait au deuil de sa belle-sœur ». Interrogé sur la personnalité  de la victime, il est plutôt désolé. «Je ne suis  pas ici depuis  longtemps  mais, j’ai remarqué qu’elle était une dame correcte. Nous sommes tellement troublés par cette mort ignoble qui l’a frappée », renchérit le haut gradé de police, non sans dissimuler sa peine.

Enquête.

Les avis des témoins du drame divergent. Pour Carlos, coiffeur situé à 10 mètres du lieu de l’accident,  «c’est la moto qui aurait pu attendre». Quant à un mécanicien, autre  témoin de l’horrible  scène, «c’est plutôt le camion qui, sans avoir la priorité, a foncé vers la moto et, l’aurait  fait sciemment». Selon des rumeurs recueillies sur place, mais difficiles à vérifier, le chauffeur d’Hysacam était en cavale car ayant  cogné un enfant à Obam-Ongola.

Mme Adèle Ayissi, belle-mère de la défunte, encore sous le choc : «les chauffeurs d’Hysacam sont méchants. Il faut que le gouvernement se penche sur leur morale. Partout, ils cognent les gens, ne respectent aucune règle de circulation. Bien plus, leur seul klaxon peut tuer quelqu’un. Il nous a été rapporté que ce chauffeur-là avait déjà tué quelqu’un avant ma fille».

A 47 ans, Dame Simb a travaillé pendant  11 ans au commissariat du 7è à Yaoundé. Née le 15 juillet 2013, elle était mariée à Sa majesté Simb, nouvellement intronisé chef de Bobog1. Elle brise son flash et laisse 04 enfants dont 02 garçons et 02 filles. Son corps, a été gardé au funérarium de l’hôpital militaire de Yaoundé, en attendant le programme des obsèques.

© Source : La Météo

Populaires cette semaine

To Top