Features

Un Camerounais victime des violences xénophobes en Afrique du Sud témoigne

nouvelle-vagues-de-violences-xenophobes-a_5ed3e7ee9f445daed2c930c6efd2edfe

Solomon Amabo, Journaliste et consultant en Communication, victime des violences xénophobes au pays de Nelson Mandela. Il raconte son histoire et déplore l’apathie des autorités à Yaoundé et des responsables de l’Ambassade du Cameroun en Afrique du Sud. Vous avez été victime des violences xénophobes. Qu’est ce qui s’est passé dans votre cas?

Depuis près d’un mois tous les étrangers noirs vivent dans la peur donc on est en alerte. Le vendredi 17 avril 2015 vers 22h, j’ai entendu des chants non loin de ma maison. Quelques minutes après, ma porte est attaquée par des gens que nous savons être xénophobes. Pendant qu’on cassait ma porte, j’ai passé deux coup de fils à des amis qui, à lors tour, ont alerté la police. J’ai pris le lit J’ai bloqué la deuxième porte, puisque la première était entièrement enlevée. C’est de la que j’ai aussi commencé à casser ma fenêtre pour m’échapper. Heureusement par la force de Dieu, j’ai réussi à m’échapper avant que mes bourreaux ne finissent de casser la seconde porte. La police est venue et j’ai passé nuit au commissariat de Jepesstown, près de Johannesburg avec une trentaine d’autre victimes. C’est le lendemain que des amis sont venus me récupérer.

Qu’est-ce que vous avez perdu dans cette attaque ?

Je n’ai pas retrouvé une somme de R2700, (environs 120 mille FCFA), mon téléviseur et mon laptop. Je n’ai  pas eu le temps de tout vérifier parce que je suis retourné chez moi avec la police pour prendre seulement les photos de l’incident. Je ne pourrais donner le bilan qu’après une vérification entière de ma maison.

En dehors de vous est-ce qu’il y a d’autres camerounais qui sont aussi en danger ?

C’est tout le monde qui est dans la peur. J’ai parlé avec un certain Julius au téléphone qui confirme qu’il a été attaque dans sa boutique mais la police est intervenue à temps. Au moment où je vous écris, un Camerounais que je connaissais du nom d’ Elvis Apianta qui vient de Mbouda est mort hier lundi 20 avril dans des circonstances effroyables. Il est tombé d’un immeuble dans un quartier appelé Hillbrow. D’autres victimes que j’ai rencontrées, ne souhaitent pas qu’on parle d’elles.

Que disent les responsables de la l’Ambassade du Cameroun en Afrique du Sud ?

L’ambassade n’a encore rien dit. Ils ne répondent ni au téléphone ni aux e-mails envoyés. On se demande ce qu’ils font là-bas alors que d’autres pays, le Nigeria, Malawi et autres aident leurs ressortissants avec les billets retour. J’ai appris d’une source à l’Ambassade du Cameroun en Afrique du Sud que les responsables ont écrit à Yaoundé mais pas de réponse. C’est pitoyable. Le gouvernement Camerounais n’est jamais sérieux. Il doit faire comme d’autres pays qui font rentrer leurs compatriotes qui en font la demande. Les responsables de l’Ambassade ne doivent pas rester dans leur bureau climatisé sans se soucier de comment vivent leurs compatriotes. Je prépare une descente à l’Ambassade à Pretoria…

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Est-ce que c’est vrai qu’on brule vif et découpe les Etrangers noirs ?

Il y a beaucoup d’images vraies et fausses qui ont circulé. Même les images Photoshop. Donc, je ne peux pas en parler avec exactitude. Mais ceux qui attaquent les étrangers sont d’une brutalité extrême. Vous pouvez le vérifier à partir des photos de ma maison qui a été attaquée dans la nuit de vendredi.

A ton avis, pourquoi les noirs et non les étrangers blancs?

Ce pays est multiracial. Les blancs sont riches alors que les noirs sud africains sont majoritairement pauvres et souffrent. Et de plus, les Blanc sont armés et tire à bout portant contre tous ceux qui s’attaquent à eux.

 Vous qui êtes sur place en Afrique du Sud, à ce jour on peut dresser quel bilan de ces violences xénophobes?
Quand cette affaire avait fait deux semaines le gouvernement parlait de 7 morts et de 2000 déplacés. Mais je pense que le bilan est plus lourd. Il y a eu les destructions des biens et beaucoup de pillage dans les endroits comme Soweto, Jeppestown etc. on a frôlé un massacre quand les ressortissants du Nigeria sont sortis pour protéger leur bien. Heureusement que la police sud-africaine veille au grain.

Est-ce qu’il y a une mobilisation interne pour mettre fin à cette vague de violence ?

La mobilisation interne était tout azimut. Les ONG, Le Human rights commission et autres ont d’abord critiqué et condamné le discours du chef des Zulu. Et puis il y a eu des marches et conférences organisées par le SDF South Africa. Le gouvernement du Président Jacob Zuma a condamné les attaques. Ce mardi 21 avril, le gouvernement Zuma a déployé l’armée dans un quartier appelé Alexandra, où un couple Zimbabwéen a été fusillé par les émeutiers. La condamnation  interne est là mais, les violences continuent.

Un dernier mot?

Je pense que les gens qui veulent se ‘battre ‘dans la vie doivent bien réfléchir avant de venir en Afrique du Sud. C’est un pays très violent qui vit encore des séquelles de l’après Apartheid. C’est un beau pays traumatisé. Donc on doit être très vigilant.

Sources

Populaires cette semaine

To Top