Culture'Urbaine

Un câble sous-marin va désormais relier l’Afrique à l’Amérique du sud

câble-sous-marin-à-fibre-optique-ACE-WACS

Deux conventions ont été signées à cet effet le 14 octobre 2015 à l’hôtel Hilton de Yaoundé. La 1ère convention met en vedette Telephonica et Unicom, respectivement 3è et 4è opérateur mondial de téléphonie. La 2è convention elle, concerne Camtel et Unicom.

Longtemps murmurée dans les salons huppés de la capitale, la signature de convention pour le premier câble sous-marin devant relier l’Afrique et l’Amérique du Sud, a eu lieu mercredi dernier à Yaoundé. Dans le détail, la 1ère convention a été signée entre Telephonica et Unicom pour la construction du point d’atterrissement (aéroport), au Brésil du câble sous-marin, long de 6000 km. Lequel câble s’étendra de Kribi (Sud Cameroun), jusqu’à Fortaleza au Brésil (Etat du Cearà).

Quant à la 2ème convention (20 milliards francs Cfa), elle engage la Cameroon Telecommunications (Camtel), et Unicom, un mastodonte qui totalise 450 millions d’abonnés dont 300 millions pour la téléphonie mobile, et 15 millions pour le téléphone fixe. Les deux compagnies, sont en ce qui les concerne, chargées de la construction du premier câble sous-marin reliant l’Afrique et l’Amérique du Sud. Les travaux dont le coup d’envoi est prévu dans trois mois, a-t-on appris, devraient être achevés en 2017.

Exim Bank of China va encore délier sa bourse…

Le coût des travaux qui s’élève à 80 milliards francs Cfa, sera financé à hauteur de 50 milliards francs Cfa par Exim Bank of China, et le reste, par Camtel. Laquelle Cameroon Telecommunications pour ce faire, a tendu les bras à Unicom, lequel accepte de débourser 20 milliards francs Cfa, motif de la signature de convention entre les deux opérateurs de téléphonie. Les récents projets que Camtel a mis en place avec Huawei, dit-on, ont permis à la compagnie camerounaise, d’engranger 8,5 milliards de francs. Avec les 20 milliards de francs qu’apportent Unicom, Camtel n’aura eu à verser qu’un milliard et demi, afin d’entrer dans le consortium qui va relier le continent noir à l’Amérique du Sud.

Des atouts qui ont milité pour le choix du Cameroun

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Selon des experts locaux, la visite en août 2010 au Brésil du chef de l’Etat camerounais Paul Biya, sur invitation de l’ex-président brésilien Lula Da Silva, aurait beaucoup pesé sur la balance. Ces experts camerounais prétendent que Lula Da Silva aurait alors entrepris des études de faisabilité avec son homologue camerounais, en vue de la construction du premier câble sous-marin rattachant l’Afrique à l’Amérique latine. D’autres analyses renchérissent que c’est la position stratégique géographique du Cameroun dans la zone de la Communauté économique et monétaire d’Afrique Centrale (Cemac) qui, aura aussi été déterminante. Le Cameroun, faut-il le rappeler, est le seul pays de la sous-région, à partager sa frontière avec les autres cinq pays membres de la Cemac que sont le Gabon, le Tchad, la Rca, la Guinée Equatoriale et le Congo. Pays auxquels il faut adjoindre le Nigeria, lui aussi frontalier du Cameroun, mais relevant de l’Afrique de l’Ouest.

Pas à sa première expérience en fibre optique

Pas du tout né de la dernière pluie pour ce qui est des câbles sous-marins, notons à toutes fins utiles que le Cameroun, en dispose de plusieurs dont le premier à Douala (câble sous-marin SAT-3/WASC/SAFE), mis en service en 2002, et d’une capacité de 40 Gb. A noter aussi, la connection du pays au câble sous-marin du consortium WASC à travers le point d’atterrissement de Batoke (Limbe, Sud-ouest), ouvrage opérationnalisé en 2012, et dont la capacité disponible est de 100 Gb.

De l’habile politique avant-gardiste de Camtel

Anticipant sur la saturation des deux câbles supra confere d’ici 2020, la Cameroon Telecommunications, a procédé à des études de marché. Processus qui l’a conduite au lancement du câble NCSCS Rechercher NCSCS (Nigeria Submarine Cable System), lequel relie le Cameroun (Kribi) au Nigeria, avec cinq autres points d’atterrissement prévus dont trois au pays Good Luck Jonathan Ebelle, et deux au pays d’Obiang Nguema Mbasogo, laisse entendre le top management de Camtel qui précise que la mise en service de ce dernier câble est prévue cet octobre 2015. Et sa capacité, 3,8 Térabit

Populaires cette semaine

To Top