Features

Un agresseur reconnu par sa victime au carrefour Mvog Atangana Mballa

agresseur

C’est grâce au sous-officier de la marine nationale Jean-Bertin Ondoua et à la gardienne de la paix Marie-Louise Esso Ndo qu’un présumé agresseur a été maîtrisé et remis à la police, ce vendredi 3 octobre 2014 dans l’après-midi.

En effet, c’est à tout hasard, alors que le présumé bandit passait au volant d’une motocyclette, qu’il a été reconnu par sa victime. Aussitôt l’alerte donnée, l’infortuné a été appréhendé par une foule en furie qui s’apprêtait à le lyncher lorsque sont intervenus deux éléments des forces de l’ordre. La victime, un homme dans la trentaine raconte:

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

«Ce Monsieur est un agresseur, il m’avait arraché mon sac, mon téléphone ma chaîne et mon porte-monnaie il y a environ une semaine. Il était sensiblement 21 heures, lorsque j’ai stoppé une moto non loin d’ici pour le Quartier Général. Quelques mètres plus loin, un autre individu, son complice a également stoppé la même moto. Il est monté et je me suis ainsi retrouvé au milieu des deux bandits. Non loin du pont d’Olezoa, le conducteur de la moto taxi a fait comme s’il y avait une panne. Quand il a fait semblant de descendre, son complice m’a donné un coup de poing. Lui il a sorti un poignard de sa poche et j’ai remis tout ce que j’avais».

Interrogé sur les circonstances de l’incident, le présumé bandit a effectivement reconnu avoir arraché le sac à main de son client, parce que, dit-il, la victime ne voulait pas payer la moto. «J’ai déposé son téléphone portable et son sac au poste de police d’Olezoa» a-t-il tranché.

Au moment où l’agresseur présumé était conduit au poste de police d’Olezoa où il a affirmé avoir déposé les objets de sa victime, celui-ci ne disposait d’aucune pièce d’identité par-devers lui.

Yves Junior Ngangue

Populaires cette semaine

To Top