Features

Turbulences à Camair-Co

Camair-co-Aviation-Cameroun

Depuis des semaines, la compagnie nationale multiplie les reports et annulations de vol. Les passagers sont aux abois. Qu’il s’agisse de vols à l’international ou domestiques, les passagers de Camair-Co subissent tous le même désagrément, celui du report indéfini, voire des annulations pures et simples. Une situation embarrassante qui s’est accentuée au cours des dernières semaines.


Douala : passagers dérangés

De nombreux voyageurs étaient visibles aux abords de l’Airport Ticketing Office (Ato) de Camair-Co mercredi matin à l’aéroport international de Douala. Parfois maussades, pour cause d’attente prolongée, ils avaient tous ou presque le regard rivé sur la salle d’enregistrement. « Les vols sont reportés depuis une semaine. Hier [mardi 1er septembre, Ndlr], on devait avoir un vol à 23h. Une heure avant l’enregistrement, on nous dit que le pilote est fatigué, et que les commandants du 767 ne peuvent pas piloter le 737 », confie Cassandra Kotto, passagère désirant se rendre à Paris. « Ce sont des excuses », ajoute-t-elle d’une voix d’où perce l’exaspération. En off, un cadre de l’entreprise admet qu’« il y a eu effectivement un problème de moteur » qui s’est produit récemment, s’agissant du Boeing 767, « Le Dja ». Du coup, « le 737 est obligé de faire la ligne de Paris, sur laquelle nous avons des vols pratiquement tous les jours, partant de Douala et de Yaoundé », ajoute notre source. Conséquence, « les vols régionaux ont été perturbés ». Le cadre explique que le problème est aussi simple que sérieux : « Il n’y a pas assez d’avions ». Et à la moindre difficulté du plus gros porteur, il y a une sorte de congestion dans l’exploitation.


Yaoundé : mouvement d’humeur

Après plusieurs rendez-vous manqués, près de 200 personnes ont manifesté devant l’agence régionale de la Camair-Co mardi matin à Yaoundé, revendiquant leur embarquement. Parmi eux, certains assurent que leur vol, en direction de Paris, pévu lundi à 21h, a été annulé sans aucune explication. Et, c’est une fois à l’aéroport qu’ils en ont été informés. C’est d’ailleurs ce manque de communication qui agace le plus, alors que les billets d’avion ont déjà été achetés. Il faut croire que les passagers de vols domestiques ont plus de chance. Du moins, en termes d’information. En effet, après que le vol de mardi matin, en direction de Maroua-Salak a été annulé, la plupart des passagers enregistrés ont reçu un SMS la veille au soir : « Cher passager, le vol Qc 211 Nsimalen pour Maroua a été annulé. Nos sincères excuses ». Sauf que le même vol était initialement prévu pour le samedi dernier. Il est en tout cas reprogrammé pour ce jeudi matin.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 


Maroua-Salak : calendrier perturbé
 

Mercredi matin, à l’Aéroport international de Maroua-Salak, c’était le calme plat. Certes, le mercredi n’est pas un jour de vol, mais quelques passagers arrivent quand même. « On ne sait plus quand est-ce qu’il y a exactement vol. Et comme, ils ne nous informent pas systématiquement, on préfère passer à la source de temps en temps », indique l’un d’entre eux. Ici, les vols ont habituellement lieu les mardis, jeudis et samedis. Mais, les employés assurent que depuis trois semaines environ, ce calendrier connu depuis trois ans n’est plus respecté. « C’est le vol qui arrive de Yaoundé ou Douala qui repart avec les passagers d’ici. Des fois il vient, d’autres fois non. C’est donc difficile, voire impossible d’informer notre clientèle. Les vols sont incertains pour nous tous », explique un autre employé de Camair-Co, sous anonymat. Il poursuit, soulignant que « l’un des deux avions est en panne et c’est la raison pour laquelle les vols sont perturbés ». Avec ses collègues, ils sont là tous les jours, à attendre le prochain vol, sans pour autant être sûr qu’il viendra.


Garoua : escale forcée à Camrail

Après l’annonce d’annulation des vols du lundi 31 août et du mercredi 2 septembre, l’agence Camair-Co de Garoua a été prise d’assaut par des voyageurs mécontents. Certains réclamant des remboursements, d’autres sollicitant des garanties sur le prochain départ annoncé pour demain vendredi. Mais aucune réponse ne leur a été donnée. Par prudence, beaucoup se sont déversés vers les agences de voyages, actuellement saturées. Il s’agit notamment des voyageurs ayant des impératifs dans la partie sud du pays et contraints de partir par route ou par train. A propos, du côté de Camrail, l’on assure que tous les billets de wagon-lits et 1ère classe sont vendus jusqu’au 9 septembre, du fait de ce rabattement des clients de Camair-Co. Pour leur information, les agents de la Camair-Co Garoua, renvoient tout le monde vers le service client de la direction générale à Douala.

Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top