Economie

Transport d’électricité : Les actifs d’Eneo transférés à la Sonatrel en décembre 2017

Deux entreprises françaises et une américaine retenues pour finaliser la séparation comptable desdits actifs.  Rte International, filiale du groupe français Rte, le gestionnaire du réseau français de transport d’électricité, Nodalis, un consultant français dans la gestion des infrastructures et des services publics, et l’américain PricewaterhouseCoopers (PwC), forment le consortium qui va accompagner la mise en service, sous un an, de la société nationale de transport d’électricité (Sonatrel).

Dans un communiqué publié lundi dernier, Rte renseigne que le travail des experts de ce consortium franco-américain s’étalera sur un an, non sans préciser que «différents volets techniques, comptables, sociaux, tarifaires, juridiques et fiscaux seront passés en revue grâce à la contribution des différents experts de Rte et de ses partenaires ».«Leur travail consiste à nous aider dans la séparation comptable des actifs du réseau de transport actuellement géré par Eneo [le concessionnaire du service public de l’électricité, Ndlr] et leur transfert à la Sonatrel au plus tard en décembre 2017», confie le directeur général de la Sonatrel, mbemi Nyaknga, cité par Jeune Afrique.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La Sonatrel est une entreprise de patrimoine créée le 08 octobre 2015 par le président de la République. Cette structure sera chargée, pour le compte de l’état du Cameroun, de la gestion du réseau de transport de l’électricité, des flux électriques, de la gestion et la recherche des financements, entre autres missions. Elle devra logiquement, dès son entrée en activité, reprendre les installations existantes, avec bien évidemment les droits et obligations y afférents.

Ce transfert de l’activité de transport de l’électricité à la Sonatrel est prévu dans l’avenant no 2 du contrat de concession entre l’état du Cameroun et Eneo, signé le 07 août 2015 à Yaoundé. Pour la modernisation du sous-secteur du transport d’électricité, qui demeure le talon d’Achille du secteur camerounais de l’électricité – plus de 29% de l’énergie produite y est perdue à cause de la vétusté des installations -, la Banque mondiale a rassuré le gouvernement de la disponibilité d’une enveloppe de 1,2 milliard de dollars, soit environ 660 milliards F CFA, pour accompagner la mise en place de cette nouvelle entreprise publique.

Sources

Populaires cette semaine

To Top