Features

Traitement phytosanitaire, mode d’emploi

Traitement-phytosanitaire

Les informations relatives aux produits utilisés pour la culture recueillies dans la première édition de l’index phytosanitaire présentée hier à Yaoundé. C’est un guide. L’index phytosanitaire du Cameroun, niche d’informations pour les acteurs du secteur agricole, présente la liste des 808 produits phytosanitaires homologués et des 19 appareils de traitement certifiés depuis le début du processus d’homologation des produits phytosanitaires en 1996 et de certification des appareils de traitement en 2014.

Selon le ministre de l’Agriculture et du Développement rural (Minader), Essimi Menye, préfacier de l’ouvrage présenté hier à Yaoundé en présence de plusieurs membres du gouvernement, il s’agit d’un document dans lequel les opérateurs du secteur agricole vont trouver des informations techniques et réglementaires à travers des textes de loi qui gouvernent l’importation, la commercialisation et l’utilisation des produits phytosanitaires. Surtout, le cultivateur sera édifié sur le type d’engrais, de produit à utiliser en fonction des cultures et du terrain. En gros, il constitue une boussole permettant d’obtenir le produit qu’il faut pour une culture donnée. « Cela permet aussi de mettre en garde sur les risques d’intoxication et de pollution », indique le Minader. D’autant plus que, comme l’a relevé Francis Leku Azenaku, directeur de la Réglementation et du contrôle de qualité des intrants et produits agricoles au Minader, le marché camerounais des phytosanitaires est en proie à une contrebande et, certains produits locaux sont interceptés à l’étranger pour non-conformité.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le document de 293 pages est un moyen de vulgariser les informations sur les substances actives interdites et réglementées au Cameroun. Il contient des données sur les méthodes appropriées de lutte contre les ennemis de culture et fournit des informations actualisées sur les produits phytosanitaires. Dans un environnement concurrentiel, le choix du produit à utiliser est déterminant. C’est pourquoi, le Minader a insisté sur le fait que la bonne utilisation de ces informations, ainsi que les bonnes pratiques agricoles et phytosanitaires permettront de rendre l’agriculture camerounaise plus compétitive et de faciliter son basculement vers une agriculture de seconde génération. Les produits phytosanitaires homologués au Cameroun concernent des cultures comme le bananier, le cacaoyer, le cotonnier, la canne à sucre, l’hévéa, le maïs, les caféiers, le riz, la tomate…

Marilyne NGAMBO TCHOFO

Populaires cette semaine

To Top