Features

Tombi à Roko risque de rejoindre Iya Mohammed à Kondengui

Fécafoot-Tombi-A-Roko-Sidiki-décisions

Ce matin, le secrétaire général de la Fecafoot, Tombi à Roko, a déférer à une convocation du Tcs. Le sort qui lui sera réservé au terme de son audition avec le juge d`instruction est incertain pour nous, les non initiés.

Ce sort, le juge qui l`entendra le sait d`avance. Tombi à Roko rentrera chez lui ou il ira rejoindre Iya Mohammed à Kondengui. Pour le premier comme pour le second, leur « faute » qu`on ne dira jamais aura été l`entêtement pour Iya Mohammed d`avoir voulu se maintenir à la tête de la Fédération camerounaise de football, et pour Tombi à Roko, de vouloir postuler à cette fonction.

L`arrestation de Iya Mohammed ne fut qu`un grossier habillage sur fond de sa gestion de la Sodecoton. Pour Tombi à Roko, le Tcs ira probablement farfouiller dans les archives financières de la Fecafoot, dans l`espoir d`y trouver une note de « faute de gestion ». En attendant, le prétendant à la présidence serait maintenu au pénitencier, le temps que la date du 28 février prochain imposée par la Fifa pour cette élection passe sans Tombi à Roko. L`homme idéal voulu par les manœuvriers tapis dans l`ombre, sera alors installé sur le trône de la Fecafoot. Voilà le scénario en perspective. Il est calqué sur les méthodes de la police de Staline. Il nous sera servi bientôt. Cette méthode avait déjà été appliquée avec succès et élégance pour écarter Iya Mohammed de la même course.

L`expérience digne d`un laboratoire expérimental du Kgb fut tentée avant le Mondial français de 1998. La victime fut Vincent Onana, alors président de la même Fecafoot. Pour l`empêcher de conduire la délégation camerounaise à la phase finale du Mondial, le président de la Fecafoot fut accusé de tripatouillage de la billetterie de l`événement. Il fut alors jeté en prison avant le coup d`envoi du Mondial, pour en sortir 4 ans plus tard pour « faits non établis ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Ces méthodes désuètes ne devraient plus prospérer dans ce pays. Elles créent des frustrations. Elles humilient ses victimes. Elles peuvent aussi engendrer des situations de révolte. Un Camerounais devrait équivaloir à un autre, pour autant qu`il fasse montre des compétences dans son domaine et qu`il soit capable de contribuer à tirer notre pays vers le haut, s`il fait preuve de compétence, de professionnalisme, de probité et de patriotisme. Ce sont ces valeurs et ces vertus qui feraient du Cameroun un pays modèle, admiré et respecté. Les malversations et les tripatouillages qui sont courantes ici, font du Cameroun un pays raillé et méprisé.

Le pouvoir a décidé de ne pas laisser l`élection du président de la Fecafoot se dérouler dans les normes prescrites par la Fifa à ses associations membres. On a choisi ici grossièrement et honteusement d`écarter certains candidats, en les humiliant, en les brisant physiquement et moralement. Des pays qui pratiquent la modernité démocratique, en sont à regarder notre Cameroun avec étonnement et amertume. Ils suivent à distance les tribulations médiévales de notre police et de notre justice, les deux corps figés aux ordres des tenants du pouvoir, comme ce fut le cas avec les rois à ces époques-là.

Et nos juges aux ordres, ils jugent, sans savoir où est la vérité. Nous pouvons les plaindre. Ils ne font pas toujours ce que leur âme et conscience leur commande. Ils exécutent benoîtement des commandes. L`indépendance de leur corps en pâti. En souffrent-ils dans leur âme?

Le cas de Tombi à Roko nous réserve d`autres grossièretés, d`autres humiliations, d`autres infantilisations et d`autres frustrations. Toute la planète suit tout cela. Elle regarde le Cameroun faire comme l`autruche. Ici, nous croyons que personne ne nous regarde, et pourtant…! Nous sommes conscients que nous ne pouvons rien changer avec nos simples plumes. Mais nous dénonçons toujours pour espérer des améliorations. Nous faisons aussi des suggestions pour l`Histoire.

Xavier Messè

Populaires cette semaine

To Top