Features

Thierry Ngogang: «La date du 28 février n’appartient à personne»

Thierry_Ngogang

Membre du Collectif «Unis pour le Cameroun» qui a organisé la grande marche patriotique en soutien aux populations de l’Extrême Nord et des soldats camerounais en guerre contre Boko Haram de ce samedi 28 février 2015 à Yaoundé, il exprime sa satisfaction et répond aux détracteurs de cette initiative.

Avez-vous été satisfaits par la mobilisation ?

Nous avons été satisfaits de la mobilisation. Elle ne nous a pas surpris dans la mesure où depuis quelques jours on sentait venir la vague. On aurait pu avoir deux fois plus de personnes s’il n’y avait eu une petite incompréhension. Nous avons demandé aux citoyens de déferler sur le boulevard à partir de 8 heures, le début de la marche était prévu à 10 heures.  Sauf que dès 6 heures il y avait déjà de nombreuses personnes présentes. Ces dernières ont lancé la marche à notre grande surprise à 8h17. Et nous n’avons fait qu’essayer de la rattraper. De nombreuses personnes qui désiraient marcher sont arrivées sur les lieux entre 09h et 10 h, c’était trop tard mais l’essentiel est là. On a pu voir les populations du Nord, du Sud, de l’Est et de l’Ouest de toutes classes sociales communier avec la trentaine de dirigeants présents.

ngogang_essomba_et_guibai_28 février

ngogang_essomba_et_guibai_28 février

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Que répondez-vous aux nombreux détracteurs qui ne vous ont pas apporté leur soutien ?

En ce qui concerne ceux qui n’étaient pas d’accord, on les laisse gérer leurs propres turpitudes. Ils parlent d’argent. Moi je dis il n’y a que les mafiosi qui peuvent savoir ce qui se passe dans la mafia. On sait déjà ce qu’ils auraient fait s’ils avaient été à notre place. Il faut que les gens sachent dans ce pays que tout le monde n’est pas forcément attiré par le matériel. En ce qui concerne la date du 28 février, elle n’appartient à personne. Le 28 février 2008,  Polycarpe Essomba et moi pouvons vous dire où nous étions. Vous pouvez être sûr que nous n’étions pas à 10 000 kilomètres dissimulés derrière des claviers pour refaire le monde…On ne va pas faire de la juxtaposition des morts. Le 28 février 2008, des jeunes sont morts au Cameroun, le 28 février 2015, un collectif citoyen a organisé une marche patriotique pour demander aux camerounais de penser à leurs frères de l’Extrême Nord qui sont en danger et aux soldats qui donnent leurs vies pour défendre l’intégrité de notre territoire.


Que devient le collectif après cette marche, doit-on s’attendre à d’autres rendez-vous ?

Le collectif « Unis pour le Cameroun » ne va pas s’arrêter à ce niveau. Il est constitué de citoyens camerounais issus de toutes les régions. Nous souhaitons que dans ce pays, puisse se développer une véritable dynamique citoyenne…dans le respect des lois de la République

Propos recueillis par Wiliam Tchango

Populaires cette semaine

To Top