Features

Télévision numérique: La guerre de Canal contre Beinsports

Canal-+-vs-Beinsports

C’est reparti pour une nouvelle bataille. Comme à la veille des grandes campagnes sportives, le diffuseur CanalSat va en guerre au Cameroun contre ceux qu’il accuse de pirater les images de télévision numérique. Cette fois-ci, les adversaires ne sont pas seulement les câblo-opérateurs, la cible habituelle, mais une nouvelle forme de concurrence incarnée par Tntafrica qui a le toupet d’inclure les chaînes Beinsports dans son bouquet vendu aux ménages camerounais.

Depuis quelques jours, en effet, CanalSat dénonce la diffusion au Cameroun de chaînes Beinsports. Le diffuseur français brandit une attestation dans laquelle la société Beinsports France déclare qu’elle «n’a autorisé aucun opérateur de télévision à distribuer les chaines Beinsports au Cameroun, quelle que soit la langue de diffusion », et rappelle que toute diffusion desdites chaînes «par un opérateur non autorisé constituera un acte de piratage au titre duquel la Société Beinsports se réserve le droit de poursuivre ledit opérateur sur le plan judiciaire».

Pourquoi le diffuseur français lance-t-il la chasse à Beinsports seulement, alors qu’une centaine d’autres chaînes sont diffusées au Cameroun en dehors du bouquet CanalSat ? Se demande-t-on dans l’opinion. Les mordus du sport qui ont très vite adopté Beinsports, n’arrivent toujours pas à comprendre comment une chaîne qui n’appartient pas au bouquet CanalSat peut être interdite de diffusion au Cameroun par CanalSat. Ils redoutent désormais d’être bientôt privés d’une offre sport de qualité à laquelle Beinsports leur donne accès.

Marquer son territoire

Manifestement, pour la filiale camerounaise de CanalSat, cette nouvelle bataille « contre le piratage d’images» est cruciale. Plus que ses droits dont il faudra bien démontrer qu’ils sont lésés, le diffuseur français défend ses intérêts menacés par l’exploitation des chaînes Beinsports au Cameroun. Et, il y a de quoi. Beinsports est la branche sport du groupe qatari Al Jazeera. Elle opère en France avec 3 chaînes : Beinsports1, Beinsports2 et Beinsports Max. La chaîne qatarie de sport a acquis des droits Tv sur les principales compétitions sportives d’Europe, notamment les championnats d’Espagne, d’Allemagne, d’Italie, de France, la Champions League, la Coupe d’Europe …souvent au détriment de Canal+. Du coup, son offre sport est plus riche et plus variée que celle de Canal qui observe un taux de désabonnement de 11% depuis l’installation de Beinsports. Soit près de 700 000 abonnés perdus en France chaque année.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La même tendance pourrait s’observer au Cameroun alors même que Beinsports n’a pas encore formellement pris pied sur le marché africain qui ne semble pas beaucoup l’intéresser pour le moment. Près de 2000 personnes auraient ainsi pris un abonnement chez Tntafrica, dans la mouvance de la Coupe du Monde 2014, en raison de la présence de Beinsports dans le bouquet commercialisé. CanalSat qui n’ignore pas que le sport est l’un des principaux motifs de l’abonnement, entend par conséquent marquer son territoire à la veille de la reprise des grands championnats européens. En cherchant à faire disparaître les chaînes Beinsports des foyers camerounais, le diffuseur français veut affirmer que « le sport c’est sur le bouquet CanalSat et nulle part ailleurs».

La colère des abonnés

Reste que cette nouvelle bataille ouverte par CanalSat n’est pas franchement du goût des consommateurs. Beaucoup, se refusant à entrer dans les subtilités des droits télé, reprochent à CanalSat de vouloir les empêcher d’avoir accès à des programmes de qualité en matière de sport. «La nature a horreur du vide. Les bouquets incluant Beinsports répondent à des manquements réels de CanalSat. Ces nouveaux bouquets apportent une proposition de valeur à la demande du marché camerounais qui veut plus de sport, plus de passion, plus de vibrations à l’échelle mondiale, ce que CanalSat offre de moins en moins, malgré la multiplicité de chaïnes dédiées au sport sur son bouquet», analyse un abonné averti. Pour beaucoup, au lieu de chercher à empêcher l’arrivée de nouveaux concurrents qui permettent aux abonnés de vivre pleinement leur passion, CanalSat devrait plutôt veiller à enrichir son offre pour répondre aux besoins du marché. Et, pourquoi ne pas inclure Beinsports dans son bouquet ? Martin Camus Mimb, correspondant Afrique de Canal+ est manifestement de cet avis. « Mais franchement, ça commence à être lassant ! On a combattu les câblo-opérateurs, et maintenant, on s’attaque à Beinsports…Quand on a du caractère, on l’affiche. Pas besoin d’utiliser des méthodes d’une autre époque pour imposer son leadership», écrit le commentateur des deux dernières finales de la Coupe du monde sur sa page Facebook.

Voilà qui ne devrait pas atténuer le désamour croissant des Camerounais vis-à-vis de CanalSat. Ses abonnés se plaignent de plus en plus de la pauvreté de son bouquet et de ses limites techniques où, quand il pleut, les images disparaissent. Et, depuis que la chaîne Afrique Media a été retirée du bouquet comme la Rti de Laurent Gbagbo pour avoir critiqué le «néo-colonialisme français en Afrique», une opinion sans doute exagérée assimile le diffuseur à un instrument de ‘’l’impérialisme français’’.

Marlyse SIBATCHEU

Populaires cette semaine

To Top