Features

Sucre : Pourquoi les prix baissent

sucre-poudre

Il y a de l’argent à se faire dans l’importation massive et frauduleuse du sucre et plusieurs opérateurs économiques ne s’en privent point. En effet, révèle le Ministre Mbarga Atangana dans une interview au Quotidien gouvernemental, après avoir coûté environ 800 dollars la tonne (environ 400 000 FCfa) sur la période 2010-2012, la tonne de sucre importée au Cameroun revient de nos jours à 280 000 francs Cfa seulement.

Dans le même temps, souligne-t-il, le prix de la tonne de sucre produite localement est resté constant autour de 440 000 FCfa. Le sucre importé revient 45% moins cher que le produit local. Conscient de cette baisse drastique du prix du sucre sur le marché international, le gouvernement a tout simplement suspendu l’importation du sucre pour protéger les entreprises nationales qui accusent un sérieux coup.

Mais ces mesures sont tombées dans les oreilles de sourds et ce sont les industries locales qui boivent la tasse. Par une alchimie dont ils ont seul le secret, ces importateurs véreux réussissent même le coup de force de soustraire leurs produits au payement de la très dissuasive valeur de référence à laquelle est assujettie l’importation du sucre dans le pays.

Chute libre

Au final, des entreprises comme la Société Sucrière du Cameroun (Sosucam) se retrouvent avec des invendus qui ont atteint les 58 000 tonnes au mois dernier. Pour l’instant, les mesures prises par le Ministère du Commerce qui se livre à une véritable chasse aux importations frauduleuses n’ont pas inversé la tendance.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cette situation délétère a une origine. Les prix alimentaires mondiaux poursuivent leur baisse en raison d´une offre abondante et d´une demande atone. La demande de matières premières étant directement tributaire de la conjoncture économique. Depuis 2008, et en dépit de politiques monétaires hyperaccommodantes, l’économie mondiale n’a jamais retrouvé les niveaux de croissance qui prévalaient entre 2000 et 2008. D’où la baisse induite des prix de matière premières qui impact forcément sur les économies africaines.

A en croire l´indice des prix alimentaire établi par l´organisation des Nations unies pour l´agriculture et l´alimentation (FAO), la variation mensuelle des céréales, viandes, produits laitiers, huiles végétales et sucre, s´est établi en janvier dernier à 150,4 points, soit une baisse de 16% en un an. Elle affiche un recul de 35% par rapport à son dernier record établi en 2011 (229,9 points).

Tous les indices de prix ont baissé:

-4,1 % pour le sucre,
-3% pour les produits laitiers,
-1,7% pour les céréales et les huiles végétales. L´indice des prix de la viande affiche la plus faible baisse (-1,1%), freiné dans sa chute par les prix du porc dont les cours restent soutenus par l´ouverture de l´aide au stockage privé dans l´UE.

© Source : Le Jour

Populaires cette semaine

To Top