Features

Stop Boko Haram : Rafle dans les snacks Bars d’Essos a Yaoundé

Carrefour Essos

Plus de 200 personnes ont été interpellées vendredi dernier avant d’être relaxées un jour après. Vendredi soir aux environs de 22h, les policiers ont fait une descente dans plusieurs bars du quartier Essos à Yaoundé, dans le but d’interpeller tous les individus qui s’y trouvaient. Environ 200 personnes ont été raflées.

Il est 2h du matin lorsqu’ils arrivent au snack bar ‘‘Le Québec’’ et embarquent tous ceux qui s’y trouvent. Les hommes et femmes interpellés pour la circonstance ont été conduits à l’école de Police à Tsinga. Un jeune homme rencontré samedi vers 8h nous raconte :

« J’étais en compagnie de mes amis lorsque les éléments de la police sont entrés dans le snack et ils nous ont tous embarqués. Ils ne voulaient pas savoir si on avait la carte nationale d’identité ou pas. Nous sommes ici depuis 3h du matin et on attend toujours d’être relâchés. ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Ce samedi matin, on pouvait apercevoir une foule de personnes qui attendaient toujours d’être enregistrées puis libérées dans l’enceinte de l’école de police. Certains s’agitaient parce que leurs parents ne savaient pas où ils se trouvaient.

« Notre pays est menacé, alors nous mettons tous les dispositifs en marche pour mieux protéger nos citoyens. A travers cette rafle, nous enregistrons tout le monde et détectons ceux qui ont des casiers judiciaires afin de déterminer toute menace», a expliqué un policier.

Un autre a ajouté : « Il serait convenable que les Camerounais restent chez eux et surtout qu’ils fassent très attention dans les rues. Ils doivent toujours marcher avec leur Cni, car nous pouvons faire des descentes sur le terrain à tout moment. » A 14h lorsque nous quittions les lieux, les policiers avaient commencé à libérer les premières personnes raflées.

© Le Jour : Murielle Tchoutat (Stagiaire)

Populaires cette semaine

To Top