Le conseil municipal, en sa session du 1er avril, a voté une délibération qui autorise le maire à s’engager dans cette voie pour le financement des travaux. Le stade olympique de Dschang sera construit à Tsinkop, un quartier périphérique de la ville de Dschang, situé dans le groupement Foto.

C’est ce qui ressort de la session du conseil municipal de la commune de cette cité, tenu le 01er avril 2016 dans la salle des actes de la mairie. Dans la présentation du projet faite par le maire, Beaudelaire Donfack, l’on retient que le coût global de cet ouvrage est estimé à 850 millions F CFA. La commune supportera 300 millions F CFA et la Fédération camerounaise de football paiera le reste. A l’unanimité, les conseillers de la municipalité de Dschang ont adopté une délibération qui autorise le maire à contracter la cote part de la commune auprès du Fonds spécial d’équipement inter communal (FEICOM). Le premier magistrat de la ville a d’ailleurs expliqué que l’administration du FEICOM a déjà émis un accord de principe. Ce prêt est remboursable sur une période de dix années.

Avant que l’entreprise retenue par la FECAFOOT ne commence les travaux, la commune de Dschang a l’obligation de procéder au terrassement de l’espace. Pour ce faire, le conseil municipal a adopté une autre délibération autorisant une le maire à ouvrir une ligne de crédit pour la cause. Cela est dû au fait que le projet d’aménagement d’une dizaine de stades, lancé par la FECAFOOT en partenariat avec les communes bénéficiaires, ne concerne que les enceintes sportives déjà existantes. Il est donc simplement question de les transformer.


Historique
Au départ, «Dschang ne fait pas partie de la liste. Il a fallu que des personnes rappellent que la ville abrite l’un des clubs les plus populaires du Cameroun, à savoir Aigle Royal de la Menoua. C’est ainsi que nous rejoignons les rangs des bénéficiaires. Sauf que, dans l’entendement de la FECAFOOT, il est question de transformer le stade du CENAJES de Dschang. Il se trouve que l’infrastructure appartient au CENAJES, une institution dépendante du ministère des Sports et de l’Education physique et sur laquelle la commune n’a en principe aucun droit de regard. Nous avons donc opté pour un site vierge. La FECAFOOT n’ayant pas prévu des frais de terrassement, nous prendrons en charge lesdites opérations. En outre, elle avait prévu de faire un stade uniquement de football et de type anglais d’une capacité de 1200 places. Le nouveau site nous permettra de construire un stade multisports de 05 000 places. Nous serons capables d’augmenter la capacité à chaque fois. Il sera doté d’une pelouse en gazon synthétique et d’une piste d’athlétisme», a expliqué le maire. En principe, l’ouvrage sera réceptionné avant la fin de l’année 2016.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

© Hindrich Assongo
Des conseillers municipaux très attentifs pendant les travaux

Comptes administratifs 2015
La session du 01er avril 2016 du conseil municipal de la commune de Dschang était davantage dédiée à l’adoption des comptes administratifs de l’année 2015. Sur un budget prévisionnel de 1 521 365 851 F CFA, les réalisations en recettes s’élèvent à 1 206 014 283 F CFA, soit 79.27 % des prévisions. Les dépenses quant à elles se chiffrent à 1 017 553 714, soit 66.88% de ce qui a été prévu. Il ressort par ailleurs un excédent de recettes de l’ordre de 188 460 569 F CFA, une somme provenant de plusieurs sources: fonds propre de la commune (1 231 461 F CFA), coopération avec la communauté urbaine de Nantes (54 621 107 F CFA), coopération avec le programme national de développement participatif (45 294 362 F CFA), projet de gestion déchets financé par l’Union européenne (32 656 139 F CFA), dotation générale de la décentralisation (50 000 000 F CFA), dotation du reboisement (04 657 500 F CFA). Cet excédent a été reconduit dans le budget de l’année 2016.L’on retient que les recettes propres de la commune ont augmenté de 44.80 % par rapport à l’année 2014. Une performance saluée par le préfet de la Menoua qui a assisté aux travaux en tant que tutelle. Joseph Bertrand Mache Njonwet a salué la collaboration fructueuse qui existe les services fiscaux de l’Etat et les services d’assiettes fiscales de la commune. Sur le terrain, l’argent a servi, entre autres, à améliorer l’assainissement et l’éclairage de la ville, à construire des salles de classe, à augmenter l’offre en eau potable. Pour ce dernier volet, la commune de Dschang est passée de 27 % de couverture de la population en 2013 à 50 % en 2016.

Au lendemain de la tenue de ce conseil, le maire s’est envolé à destination de la Grand’Anse, en Haïti. Il est accompagné de Barthelemy Ndongson Lekane, directeur de l’agence municipale de gestion des déchets et chef de la cellule de la coopération et de la communication. Ils prennent part du 6 au 9 avril 2016 à la réunion du comité de pilotage du programme DANK. C’est une plateforme d’échanges d’expériences en assainissement, encadrée par Nantes métropole et impliquant les villes de Dschang au Cameroun, Kindia en République de Guinée, Tiassalé en Côte d’ivoire et l’Association des Maires de la Grand’Anse en Haïti.

 Hindrich Assongo