Features

Stéphane Mbia: « Je suis motivé par l’engagement des jeunes »

Stephane Mbia-Cameroun-reconstruction-Lions Indomptables

Stéphane Mbia le capitaine des Lions indomptables évalue les progrès accomplis sur le terrain de la reconstruction du football camerounais.

Première sortie en éliminatoires pour les Lions New-Look, première qualification. Vous attendiez-vous à une telle réussite ?

Réellement, nous ne nous attendions pas à cela. Il y a eu des départs et des arrivées. Il fallait repartir à zéro. Je crois que nous avons très bien travaillé. Nous étions dans de très bonnes conditions pour aborder cette phase de qualification. Nous avons fait match nul contre la Côte d’Ivoire. Pourtant, nous étions là pour gagner. N’eût-été la décision de l’arbitre, nous aurions eu une rencontre différente, je vous assure. J’ai attiré l’attention des dirigeants. J’espère avoir des explications après le visionnage de la vidéo. Nous avons un très bon groupe, un bon état d’esprit. Nous nous préparerons mieux en club afin d’aborder la CAN. Le point positif de ces matchs de poule est d’avoir pris un but en six matchs. C’est la preuve qu’il y a une solidité défensive. Il y a tout de même du boulot à faire afin d’être meilleurs.

Vous êtes capitaine des Lions depuis le mois d’août dernier. Comment avez-vous pris le fait d’être désormais le meneur après un Mondial raté ?

J’étais vraiment surpris parce que je ne m’y attendais pas. Je peux le jurer. Tout ce qui s’est passé au Mondial a laissé une mauvaise image du groupe et je ne savais pas que les responsabilités pouvaient tomber sur moi. Puis je me suis senti honoré. Après avoir longtemps discuté avec mes parents à ce sujet, je me suis dit que c’est peut-être mon travail qui est récompensé. Je me suis également dit que c’est un lourd fardeau et qu’il va falloir très bien gérer ce capitanat-là.

Quel est votre rôle auprès des jeunes et du groupe de façon globale ?

Il y a des joueurs qui méritent ce capitanat, qui ont des valeurs disciplinaires, mentales, qui contribuent à l’intégration des jeunes. Sincèrement, je dois être proche d’eux, leur permettre de ne pas se sentir dépaysé, leur prouver que nous sommes « UN » en sélection. Je dois anticiper dans tout ce que je fais, tout ce que je vois. Heureusement, ils sont à l’écoute et ont une très bonne mentalité. C’est d’ailleurs la base de cette sélection. Le manager exige discipline et mentalité. C’est ce qui est imposé à tous ceux qui sont convoqués. Et c’est le critère premier, pour faire partie du groupe.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Qu’est-ce qui vous excite le plus dans ce nouveau rôle de capitaine ?

Gagner des titres. Avoir un groupe discipliné. Si vous avez cela, vous ne pouvez qu’être heureux. C’est vrai que l’équipe est en reconstruction. Cela marche bien pour le moment. Moi je suis vraiment content de la mentalité de ce groupe, j’insiste sur cela. Je suis également content et motivé par l’engagement des jeunes qui ont envie d’écrire leur histoire. Pour moi, tout cela m’excite mais me met la pression également.

Que s’est-il passé au Brésil ?

Je crois que la page du Brésil est tournée. Il y a eu des enquêtes, des décisions ont été prises, un travail est en train d’être fait. C’était compliqué et décevant. Nous avons tiré des leçons, nous avions un bon groupe mais nous n’avons pas pu gagner des titres. Maintenant, je ne suis pas inquiet. Les meilleurs jours arrivent. L’équipe nationale du Cameroun vivra de très bonnes choses.

Parlant de Stéphane Mbia en club, quels sont vos objectifs cette saison avec Séville ?

Je voudrais avoir de bonnes performances, gagner des titres et avoir des titres personnels. Je souhaite davantage apporter à mon équipe, comme je l’ai toujours fait d’ailleurs. J’espère travailler pour être meilleur chaque jour qui passe. Certains ne le savent peut être pas mais lorsque vous êtes capitaine de votre sélection, en club, vous avez une pression grave. Il faut travailler, apporter au groupe et être discipliné.

Justement parlant de titres personnels, votre nom figure quand même cette année, parmi les 20 nominés pour le titre de meilleur joueur africain 2014. Surpris ?

Surpris, oui. Mais honoré également. Si je suis récompensé pour le travail abattu en 2014, je serai très content. Je continuerai à travailler. Pour le moment, c’est un rêve qui pourrait se réaliser. Je suis également content pour mes frères Choupo-Moting et Vincent Aboubakar dont les noms figurent aussi. C’est une preuve que, malgré tout, nous avons des joueurs qui bossent.

Angèle BEPEDE

Populaires cette semaine

To Top