Dossiers

Société : Covoiturage, le nouveau phénomène à la mode

Co-voiturage

Allant de l’entente au gré à gré, par des partenariats ou au travers de sites spécialisés, le covoiturage est devenu un nouveau phénomène assez prisé chez les camerounais. Découverte d’un secteur plutôt légal qui étend déjà ses tentacules dans les différentes régions du triangle national.

Ça tend à devenir une norme. Voyager entre amis et inconnus dans un même véhicule, est une chose qui s’accepte déjà au Cameroun. Pour aller par exemple à Bafoussam, Moïse, 36 ans, employé de Banque à Douala, a disposé de sa Toyota Carina E pour le recrutement de potentiels passagers avec qui il ferait route commune pour la même destination. Ces derniers devront débourser une somme modique allant de 3000 Fcfa à 5000 Fcfa selon les conditions qui leur seront fixées. Moïse quant à lui, demandera uniquement 3000 Fcfa à ses 4 passagers… Cette somme lui servira à payer les frais de péage et prendre du carburant.

« En général, ce n’est pas par manque d’argent que je le fais, mais c’est souvent pour avoir de la compagnie. Mais à force, les gens ont fini par adhérer et j’ai juste suivi », explique Moïse.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Douala-Edéa-Yaoundé ; Douala-Dschang-Bafoussam ; Limbé-Buea-Douala… Ce sont là quelques axes très prisés par les co-voituriers. En général, cette option est privilégiée au détriment des transports en commun en raison de son aisance. « Pas de formalité à remplir », fait remarquer une dame sous anonymat. Une autre raison : le confort. M. Tombjeu, 40 ans déclare : « C’est mieux de voyager dans une voiture privée. Il y a la clim, il a de l’espace pour allonger les jambes surtout si c’est une 4×4 et souvent même, il y a une petite télé qui nous balance le son ». La sécurité s’avère être aussi un atout. La dame anonyme ajoute « Il y a les ceintures de sécurité alors que quand c’est le mini cargo là où on nous surcharge comme les sardines, on ne peut même pas bouger. La sueur des gens, les crachats, la morve… Tout ça provoque des maladies ».

La jurisprudence camerounaise ne réprime ni n’interdit cette mesure. Toute personne détentrice d’un permis de conduire légal et possédant un véhicule peut donc s’adonner au co-voiturage. Aussi, contacter des co-voituriers est devenu une aubaine pour des voyageurs qui préfèrent aller sur des sites comme  www.covoiturage.cm sur lesquel suivant leurs destinations, ils font des réservations. D’autres individus ayant compris cet avantage qu’ils usent à bon escient pour louer ou s’acheter progressivement une voiture dans les lieux appropriés ou encore sur un site comme www.Carmudi.cm sur lequel acquérir une auto aux critères voulus, est devenu une facilité.

Quoi qu’il en soit, les services en ligne qui se diversifient de plus en plus, offrent de nouvelles opportunités aux acteurs camerounais et c’est à chacun d’en tirer bénéfice. Les co-voituriers l’ont compris et ne se le cachent pas.

Gaspard Ngono

Populaires cette semaine

To Top